Hautes-Alpes : « J’ai envie d’y retourner donc ça prouve que je n’étais pas trop traumatisé »

Hautes-Alpes : « J’ai envie d’y retourner donc ça prouve que je n’étais pas trop traumatisé »
© Vincent Curutchet

SPORTS / Le navigateur Damien Seguin était l'invité du 8:30. Le Haut-Alpin est revenu sur son premier Vendée Globe qu'il a terminé à la 7ème place

 

- Hautes-Alpes -

 

« J’ai l’impression d’être encore sur mon nuage ». Ce sont des journées intenses qu’a connues Damien Seguin depuis son arrivée aux Sables d’Olonne jeudi dernier. Après 80 jours, 21 heures, 58 minutes et 20 secondes, le Haut-Alpin a conclu son tout premier Vendée Globe à la septième place même s’il a franchi le sixième à franchir la ligne d’arrivée. Le Briançonnais a été devancé au classement par Jean Le Cam après les bonifications qu’il a reçues pour avoir secouru Kevin Escoffier. « Je voulais faire un Top 10 et c’est fait ! Je voulais faire un bon temps de course et je fais 80 jours. C’est juste incroyable ! ». Une énorme satisfaction donc pour ce novice qui malgré ses interrogations initiales a découvert la plus grande course de voile au monde à sa façon avec ses galères et ses moments magiques. « Le souvenir de ce Vendée Globe pour moi, c’est la traversée des mers du Sud et le passage du Cap Horn », se confie Damien Seguin.

 

« J’ai réussi à mener mon bateau jusqu’au bout et j’ai envie d’y retourner donc ça prouve que je n’étais pas trop traumatisé », D. Seguin

 

Après cette première réussie, le navigateur haut-alpin se projette déjà et espère à nouveau participer au Vendée Globe dans quatre ans. Une envie qu’il veut assouvir avec un nouveau challenge. « Aujourd’hui, les résultats sont très positifs avec le Groupe Apicil. Ils ont envie de continuer l’aventure et moi aussi mais je pense qu’un nouveau bateau à foil, c’est l’engin sur lequel j’ai envie de partir demain », souligne Damien Seguin qui après un repos bien mérité devrait retrouver les mers à partir du mois de mai avec en point de mire la Transat Jacques Vabre en novembre.

 

Un symbole qui prouve qu'handicap et sport peuvent ne faire qu'un

Ce Vendée Globe n’a pas été qu’une magnifique aventure personnelle ou une belle performance sportive pour Damien Seguin. Il a également été le symbole d’espoir pour toutes les personnes en situation d’handicap. Né sans main gauche, le Briançonnais a été le premier navigateur handisport à participer à cette course hors norme et a « le sentiment d’avoir écrit une belle page de l’histoire et d’avoir communiqué d’une manière positive ». Un élan qu’il veut poursuivre « en essayant de surfer sur cet après-Vendée Globe pour enclencher certaines initiatives » avec le Ministère des Sports, son association « Des Pieds et Des Mains » et son partenaire.

L'entretien est à retrouver en intégralité ici

 

C.Lourenço