Alpes de Haute-Provence : Département, « on a , pour la première fois depuis 20 ans, pu désendetter »

Alpes de Haute-Provence : Département, « on a , pour la première fois depuis 20 ans, pu désendetter »

POLITIQUE / Jean-Christophe Pétrigny, 4ème vice-président du conseil départemental des Alpes de Haute-Provence, délégué aux finances et au tourisme était l’invité du Supplément.

 

- Alpes de Haute-Provence -

 

Jean-Christophe Pétrigny, 4ème vice-président du conseil départemental des Alpes de Haute-Provence, délégué aux finances et au tourisme, est porteur de bonnes nouvelles : « les finances du Département s’assainissent, la dette baisse (…) on a pu, pour la première fois depuis 20 ans, désendetter»

Ceci étant, les dépenses sociales pèsent sur le budget. Des dépenses incompressibles puisque faisant partie des compétences obligatoires. Ces dépenses augmentent principalement dus à l’aide à l’enfance et à l’accueil des Mineurs Non Accompagnés (MNA). Mais Jean-Christophe Pétrigny précise et pondère : cette aide aux MNA « coûte 4 millions d’euros sur 90 millions de dépenses sociales. » Sachant qu’a cette heure, l’État compense à hauteur de 10% l'aide apportée aux MNA, « mais on attend beaucoup plus, par rapport aux promesses qui avaient été faites. » Quant aux autres dépenses liées au social, l’élu précise que les dépenses sont « maitrisées (…) les dépenses du RSA n’ont pas explosé ».

Si les dépenses sociales pèsent lourdement, les dépenses de personnel ne sont pas négligeables non plus, avec 50 millions d’euros de dépenses sur les 251 millions d’euros de budget total, en 2018 . Et de ce point de vue, Jean-Christophe Pétrigny annonce qu’ « il faudra faire des choix entre les compétences obligatoires et les facultatives. » En clair, quels sont les services que pourra offrir demain le Département avec quelle masse salariale. Une chose est d'ores et déjà certaine, il faudra réajuster, avec comme premières actions « le non-remplacement de certains départs à la retraite. » Tout cela passera par un temps de négociations avec les syndicats, pour des annonces prévues au « premier trimestre 2019. » Mais, au-delà, Christophe Pétrigny s’inquiète sur l’avenir du global de l’institution départementale.

 

« On voudrait supprimer les départements que l’on ne s’y prendrait pas autrement », Jean-Christophe Pétrigny.

 

Selon l’élu, « pour financer la suppression de la taxe d’habitation, le gouvernement envisage de transférer la taxe sur le foncier bâti aux communes. » Autre crainte, la « nationalisation » des DMTO  (droits de mutation à titre onéreux, ndlr) « dans ce contexte le département serait le principal perdant de cette réforme, s’il devait voir la quasi-totalité du levier fiscal lui échapper. » Il n’en faut pas plus pour Jean-Christophe Pétrigny de voir l’État « tout faire pour voir disparaitre les conseils départementaux de France. » Une erreur pour le vice-président, qui considère que la commune, le Département reste les bons échelons pour les citoyens.

 

Retrouvez l’intégralité de l'entretien avec Jean-Christophe Pétrigny dans le Supplément Alpes de Haute-Provence, avec Alex Cam ici.



0 commentaire

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.
Les champs requis sont identifiés par une étoile *

En ce moment sur Alpes 1

La Musique revient vite...

Ecoutez 

  Ecoutez les Webradios