Hautes-Alpes : une affaire de piqûre classée sans suite

Hautes-Alpes : une affaire de piqûre classée sans suite

FAITS DIVERS / Les faits remontent au 5 mai dernier, des substances ont été retrouvées dans les analyses réalisées sur la victime. L'enquête a été classée sans suite en l'absence d'auteur ou de lieu identifiés

 

- Hautes-Alpes - 

 

Un dossier de piqûre classé sans suite dans les Hautes-Alpes malgré la présence de substances retrouvées chez la victime. Les faits auraient été commis le 5 mai dernier à Gap. Une femme dit avoir été victime d’un « black out » après une soirée dans un pub, rue Carnot, et s’être réveillée dans son appartement en désordre. Elle présentait une piqûre sur la fesse.

 

Des traces d'hypnotique, d'anti-dépresseur et de GHB retrouvées dans les analyses

Des analyses toxicologiques ont été effectuées, des molécules de Doxylamine, un hypnotique, de Citralopram, un anti-dépresseur et des traces de GHB ont été retrouvées. Des témoins ont été entendus dans cette affaire, notamment le gérant du bar, mais aucun élément suspect n’est ressorti. L’établissement ne possédait pas non plus de vidéo-surveillance. En l’absence d’auteur et de lieux identifiés, l’enquête a donc été classée sans suite.

 

C. Cava Michard