Hautes-Alpes : l’art de vivre à la française fait son grand retour

Hautes-Alpes : l’art de vivre à la française fait son grand retour

ÉCONOMIE / Fermés depuis le 30 octobre 2020, les restaurants et bars rouvrent leurs portes ce mercredi à l'occasion de la deuxième phase du déconfinement

 

- Hautes-Alpes -

 

Fermés depuis le 30 octobre 2020, les restaurants et les bars commencent à voir la fin du tunnel avec la réouverture des terrasses à partir de ce mercredi. La première phase d’un déconfinement progressif qui verra également la libération des commerces ainsi que des lieux culturels. Secteur impacté comme peu d’autres durant cette crise sanitaire, le monde de la restauration à l’instar de l’Eden Lac à Savines Le Lac n’attend aujourd’hui qu’une chose : retrouver ses clients. 

 

« Allons-y progressivement, allons-y un peu plus doucement mais gardons-la cette ouverture cette fois et ne fermons plus nos établissements », Franck Andrzejewski

 

Le bruit des couverts, l’écho des conversations étaient des sonorités qui semblaient appartenir à une vie antérieure pour tous les restaurateurs de France. Sept mois de fermeture qui prend fin ce mercredi avec l’ouverture des terrasses. Une ouverture avec une jauge de 50% et un maximum de 6 personnes par table. Un protocole sanitaire strict qui doit se détendre au fur et à mesure avec une capacité totale autorisée à l’extérieur et 50% à l’intérieur à partir du 9 juin. Le 30 juin devrait alors la date de la fin des restrictions. Un retour à l’activité progressif qui est au goût de Franck Andrzejewski, directeur de l’Eden Lac.

 

Le problème du manque de personnel

Ces quinze derniers mois ont été extrêmement difficiles et tous les établissements ne sont pas sortis d’affaire mais les aides de l’État ont pu en sauver certains, les permettant aujourd’hui d’ouvrir à nouveau. Malgré quelques retards, la politique du « quoi qu’il en coûte » a répondu aux attentes même si une nouvelle difficulté se pose devant les gérants de restaurants : l’exode du personnel. « Les gens se sont détournés des métiers de l’hôtellerie-restauration. Maintenant, il va falloir les faire revenir, en trouver d’autres, en former d’autres mais il ne faudra pas que ça traine trop longtemps. Travailler comme sur la saison de l’année dernière en équipage réduit, ça va être très compliqué », explique Franck Andrzejewski

 

 

Avec un effectif de 9 personnes qui double à l’occasion de la saison estivale, l’Eden Lac peut malgré tout compter sur sa cheffe de cuisine Géraldine Granet? qui mourrait d’impatience de retrouver ses fourneaux

 

« On oublie vite les automatismes donc un peu d’inquiétude mais en même temps, tellement de bonheur de retrouver notre liberté et nos clients », Franck Andrzejewski

 

Malgré le temps qui s’annonce capricieux, l’Eden Lac veut profiter de ce week-end de trois jours pour refaire partir la machine et la clientèle semble au rendez-vous d’après le cahier de réservations. Une clientèle qui retrouvera un établissement flambant neuf avec des sanitaires et une salle rénovée. Des conditions qui se veulent optimales pour cette grande reprise où se mêlent stress et impatience pour le patron savinois.

 

 

Tout en respectant les gestes barrières et les distanciations sociales, ce 19 mai marque un point de bascule essentiel et tant attendu pour tous ces restaurateurs qui sont restés trop longtemps orphelins du bruit des couverts et des échos de conversations.

Le reportage de Christophe Lourenço : 

C.Lourenço