Alpes du Sud : portrait de femmes, Isabelle Millon féminise le sport de la Boule Lyonnaise

Alpes du Sud : portrait de femmes, Isabelle Millon féminise le sport de la Boule Lyonnaise

SOCIÉTÉ / Toute cette semaine, Alpes 1 prend des accents féminins avec la semaine internationale de lutte des femmes, pour l'égalité des droits. Portrait ce mardi d'Isabelle Millon, qui a su faire sa place dans une discipline sportive : la Boule Lyonnaise

 

- Hautes-Alpes -

 

Elle est l'une des rares représentantes de la Boule Ferrée Gapençaise (BFG) à jouer au côté des hommes dans les compétitions de boule lyonnaise. Dans une discipline à l'image très masculine, Isabelle Millon a su faire sa place, elle qui a commencé à jouer dans les années 80 à Saint-Bonnet-en-Champsaur. « Ils organisaient des concours mixtes le vendredi soir. Du coup, ils acceptaient les femmes. Ensuite, j'ai été licenciée à la BFG et je n'ai pas changé de club depuis », raconte la Haut-Alpine.

 

« À cette époque, c'était rare. Il n'y avait d'ailleurs pas ou très peu de femmes qui jouaient », I. Millon

 

Une passion née sans réels antécédents familiaux. « Quand j'étais petite, mon père m'emmenait à la Pépinière [à Gap, ndlr.] voir les grandes finales du concours, mais personne ne jouait aux boules dans ma famille ».

 

Pas de compétitions féminines

Aujourd'hui, si beaucoup de femmes pratiquent la boule lyonnaise en loisir au sein de la Boule Ferrée Gapençaise, notamment lors des concours hebdomadaires du jeudi, c'est en revanche loin d'être le cas à plus haut niveau. 

 

« C'est une discipline où il y a peu de féminines, donc c'est très difficile d'organiser des concours sur le département », I. Millon

 

« Même les qualificatifs pour les championnats de France sont en régionaux. Au niveau départemental, il y a un championnat masculin mais pas féminin », constate Isabelle Millon. Si une femme souhaite jouer en compétition dans le 04 et 05, elle doit le faire avec les équipes masculines. Et pourtant, selon la sportive, « il est reconnu que les femmes sont de très bonnes pointeuses, car elles sont beaucoup plus appliquées. En revanche, pour le tir, c'est assez difficile car ce sont de grosses boules qui pèsent lourd ce qui rend les choses plus compliquées pour nous ».

Ne pouvant jouer en Division 2 féminine dans le département, comme l'exigerait son classement individuel, Isabelle Millon participe donc régulièrement à des concours d'hommes en compétitions officielles, mais à l'échelon inférieur, en Division 3.

 

Écoutez Isabelle Millon :

 

Réussir à faire venir plus de femmes

La secrétaire du club de la BFG confie d'ailleurs être « très bien intégrée au sein de l'équipe » et travaille en parallèle à féminiser sa discipline. « Cette année, à la Boule Ferrée, on a innové dans ce domaine. Au cours de notre marathon annuel, on a imposé, pour la première fois, une féminine par équipe sur les 9 joueurs qui la compose. » Celles qui souhaiteraient venir s'initier ou s'essayer à la boule lyonnaise sont les bienvenues. « Qu'elles n'hésitent pas à venir nous rencontrer au boulodrome, surtout l'été où c'est très agréable. Il y aura toujours quelqu'un pour les prendre en charge et leur faire découvrir ce sport ».     

 

R. Ponce

 



0 commentaire

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.
Les champs requis sont identifiés par une étoile *

En ce moment sur Alpes 1

La Musique revient vite...

Ecoutez 

  Ecoutez les Webradios