Alpes du Sud : la « fréquentation s’effondre » pour les vacances de février

Alpes du Sud : la « fréquentation s’effondre » pour les vacances de février

TOURISME / Mais Yvan Chaix et Julien Martellini saluent le travail des professionnels « qui ont réussi à s’adapter pour accueillir dans de bonnes conditions les vacanciers »

 

- Hautes-Alpes -

 

Les vacances de la zone B auront lieu dans quelques jours. Une saison dans un contexte inédit, les remontées mécaniques sont toujours à l’arrêt du fait de la crise sanitaire. Alors que certains massifs tirent leur épingle du jeu, selon PAP Vacances [+ 103.1% de réservations dans les Vosges et +133.4% dans le Jura - ndlr ], qu’en est-il dans les Alpes du Sud ? « La situation reste compliquée dans nos stations, comme depuis le début de la saison », souligne Julien Martellini, directeur de l’Agence de Développement des Alpes de Haute-Provence. « La situation sanitaire s’est imposée à nous depuis le démarrage de cette saison d’hiver et le début du mois de décembre. Les vacances se profilent mais avec des contraintes qui ne sont pas simples. Elles mettent les professionnels dans des situations compliquées » ajoute le directeur.

 

Des pertes estimées à 550 millions d’euros sur les Hautes-Alpes

« La fréquentation s’est effondrée : c’est moins 47%. Les clientèles sont très concentrées sur certains secteurs et certains sites ce qui peut donner un sentiment de forte affluence. Il faut garder à l’esprit que c’est tout le secteur qui est sinistré. Les retombées économiques s’effondrent du fait de ces fermetures administratives : celles des remontées mécaniques, des bars, des restaurants » explique sur Alpes 1 Yvan Chaix, directeur de l’Agence de Développement des Hautes-Alpes.

 

« Seulement 20% des actifs saisonniers des Hautes-Alpes sont en activité », Y. Chaix

 

Car les vacances de février sont un temps fort de cette saison d’hiver. Pendant les quatre semaines, l’an passé, les Hautes-Alpes avaient accueilli près d’un million de visiteurs, soit 350 millions d’euros de retombées économiques. Yvan Chaix rappelle que ce sont 40% du chiffre d’affaires qui est généré durant ces vacances pour la saison d’hiver, « la baisse de la fréquentation est de 47% par rapport à l’hiver dernier avec un taux d’occupation de 38%, contre des pics à 89% l’an passé ». Et le constat est similaire sur les Alpes de Haute-Provence indique Julien Martellini. Le mois de février représente 40% des nuitées touristiques de la saison d’hiver.

 

« Le couvre-feu à 18h00 nous a fait perdre une nuitée sur nos week-ends », J. Martellini

 

Malgré tout, les deux directeurs saluent le travail des professionnels « qui ont réussi à s’adapter pour accueillir dans de bonnes conditions les vacanciers ». Autre point positif, le neige est au rendez-vous cette année, les vacances de la zone B vont débuter sous un beau soleil, de quoi attirer un peu plus, ils l’espèrent en tout cas, les vacanciers.  

 

Le reportage d'Aurore Vallauri : 

 

A. Vallauri