Hautes-Alpes : école Porte Colombe, l'Inspection Académique dépose plainte

Hautes-Alpes : école Porte Colombe, l'Inspection Académique dépose plainte

ÉDUCATION / Les élèves et enseignants ont trouvé les portes des classes verrouillées ce lundi. Les cours n'ont pu être assurés dans cette école, dont la 12ème classe a fermé à la rentrée. Le maire de Gap, Roger Didier, a quant à lui commencé une grève de la faim

 

- Hautes-Alpes - 

 

Roger Didier a passé la première nuit dans son bureau. Le maire de Gap entame également son second jour de grève de la faim, pour sauver la 12ème classe de l’école Porte Colombe fermée depuis cette rentrée. Un début de semaine décidément bien mouvementé pour cet établissement scolaire, qui a trouvé toutes les portes de classes bloquées par des verrous ce lundi. La municipalité gapençaise dit ne pas en être à l’origine, les élus étaient pour autant mobilisés hier matin devant les grilles.

 

L'Inspection académique dépose plainte

Les cours n’ont donc pas pu se tenir, les enfants ont été accueillis dans les espaces collectifs par tous les enseignants. Un dispositif qui va se poursuivre ce mardi. L’inspectrice d’académie et la directrice d’école ont porté plainte pour entrave à l’ordre public et au droit à l’éducation.

 

« Maintenir une classe dans cette école, c’est risquer la continuité pédagogique dans les autres établissements du département ».

 

La députée des Hautes-Alpes, Pascale Boyer, a réagi dans la soirée. « L’important est que les enfants scolarisés retrouvent rapidement et sereinement leurs maitresses et leurs maitres », insiste-t-elle. Elle soutient également la décision de l’Académie de fermer une classe en s’appuyant sur les chiffres : 45 élèves en moins à Porte Colombe depuis 2017, un taux d’encadrement de 21,9 enfants par instituteur « ce qui la place dans la moyenne nationale. Maintenir une classe dans cette école, c’est risquer la continuité pédagogique dans les autres établissements du département ».

Notez que le député et Président du groupe RN à la Région Provence Alpes Côte d’Azur, Franck Allisio, et Louis Albrand, conseiller régional apportent leur soutien à l’édile gapençais. « Nous partageons son constat sur la « logique comptable » de l’Education Nationale qui joue systématiquement en défaveur de la ruralité » écrivent-ils.

 

C. Cava Michard