Hautes-Alpes : Gilles Norotte relaxé !

Hautes-Alpes : Gilles Norotte relaxé !

JUSTICE / Poursuivi pour des « infractions de recherches biomédicales sans autorisation et sans consentement commises sur la période de janvier 2015 à courant décembre 2017 », le chirurgien gapençais était au coeur de l'affaire dite de la cimentoplastie discale

 

 - Hautes-Alpes -

 

Gilles Norotte relaxé ! Dans le cadre de la médiatique affaire de la cimentoplastie discale, le tribunal correctionnel de Gap a donné ce jeudi son délibéré à la suite des trois jours de procès des 23, 24 et 25 mars dernier. À la suite d’une enquête préliminaire confiée à l’office central de lutte contre les atteintes à l’environnement et à la santé publique, le procureur de la République de Gap, Florent Crouhy, avait alors décidé de poursuivre l’ancien chirurgien du CHICAS de Gap pour des « infractions de recherches biomédicales sans autorisation et sans consentement commises sur la période de courant janvier 2015 à courant décembre 2017 ».

 

« Trois ans d’« infhammamie » mais malheureusement les dégâts sont faits auprès de l’hôpital de Gap et de son service d’orthopédie », Gilles Norotte avec une réference claire au lanceur d'alerte Raouf Hammami

 

Le Parquet avait alors requis 10.000 euros d’amende dont la moitié avec sursis. Blanchi par la justice, Gilles Norotte s'est dit soulagé suite à ce délibéré et  il n’hésite pas à pointer du doigt ceux qui, selon lui, ont voulu lui nuire : son ancien collègue Raouf Hammami, le nageur Alain Bernard et les médias.

 

Pour rappel, Gilles Norotte avait utilisé sur 126 patients cette technique de cimentoplastie discale qui consiste à injecter une sorte de ciment dans les disques de la colonne vertébrale plutôt que dans les vertèbres.

 

C.Lourenço