Hautes-Alpes : l'assassinat de Gilbert Félix à la barre des Assises

Hautes-Alpes : l'assassinat de Gilbert Félix à la barre des Assises

JUSTICE / Omar F. comparait, cet Irakien de 26 ans est accusé de l'assassinat de ce Gapençais de 70 ans en août 2018

 

- Hautes-Alpes - 

 

Trois procès attendus dès ce lundi devant la Cour d’Assises des Hautes-Alpes. Magistrats et jurés devront notamment se prononcer sur deux affaires de viol sur mineurs, des audiences qui devraient se tenir à huis clos en raison de l’âge des victimes. Mais dès ce lundi et pendant trois jours, c’est l’assassinat de Gilbert Félix, un septuagénaire retrouvé mort dans son appartement en août 2018, qui sera jugé. Un Irakien de 26 ans, détenu depuis quatre ans, comparait dans le box des accusés.

 

Une 20aine de coups de couteau retrouvés sur le corps de la victime

Un meurtre violent conduit aujourd’hui Omar F. à répondre d’assassinat. Celui de Gilbert Félix, cet homme de 70 ans décrit par ses proches comme gentil, toujours prêt à rendre service. Son corps sera retrouvé dans son appartement, situé rue de France à Gap, le 8 août 2018. L’autopsie révèlera la présence d'une 20aine de coups portés par une arme contondante : un couteau de chasse retrouvé à proximité de la victime.

Rapidement, la piste des enquêteurs remonte jusqu’au jeune Irakien. En effet, la veille, les policiers de Gap avaient reçu un appel anonyme : c'est Omar qui déclare voir depuis sa fenêtre le corps d'un homme allongé. Mais en raison d'une mauvaise adresse indiquée, les forces de l'ordre n'y retrouvent rien ni personne. Entre l'accusé et sa victime, ce sont plusieurs contacts téléphoniques qui ont eu lieu quelques jours avant le drame. Impossible pour autant de mettre la main sur l'Irakien, il a pris la fuite à bord du véhicule de son ex-compagne, qu’il a subtilisé. Finalement, c’est le 12 août qu’il est interpellé à la frontière serbe.

Interrogé à de multiples reprises, Omar F. reconnaitra avoir donné la mort au septuagénaire dans un élan de rage. Une colère qu’il explique par la certitude d’avoir été drogué et violé quelques jours auparavant par le septuagénaire. L’accusé va alors provoquer une nouvelle rencontre avec Gilbert Félix, il glissera dans sa poche un couteau, l’arme du crime achetée quelques heures auparavant. La préméditation est donc retenue dans cet acte mortel, même si Omar le nie, justifiant cet achat par ses besoins professionnels. L'accusé encourt jusqu'à 30 ans de réclusion criminelle. 

 

C. Cava Michard