Hautes-Alpes : une Unité Médico-Judiciaire verra bientôt le jour sur le territoire

Hautes-Alpes : une Unité Médico-Judiciaire verra bientôt le jour sur le territoire

JUSTICE / Une « nécessité » dans les Hautes-Alpes selon le Procureur, Florent Crouhy

 

- Hautes-Alpes -

 

Le Parquet de Gap travaille à la création d’une Unité Médico-Judiciaire. On en compte seulement 46 en France. Mais ni les Hautes-Alpes, ni les Alpes de Haute-Provence ne sont dotées d’une UMJ. Seulement, le Parquet de Gap dépend de l’Institut Médico-Légal de Grenoble. Conséquences : les victimes doivent effectuer des déplacements très longs pour être examinées par des médecins légistes dans le cadre des enquêtes. Quant aux professionnels qui pratiquent des autopsies, là aussi, cela implique des déplacements de corps très importants indique le Procureur de la République de Gap. Florent Crouhy a donc rencontré il y a quelques semaines la directrice du CHICAS de Gap. Deux pistes sont désormais envisagées sur le territoire haut-alpin : faire venir de l’extérieur un médecin légiste déjà qualifié ou former quelqu’un qui est en poste sur l’hôpital. C’est cette dernière piste qui est pour l’heure privilégiée explique Florent Crouhy

 

«  Sur les dossiers de violences volontaires, on voit bien que la caractérisation des violences n’est pas toujours précise, ce qui a un impact sur la peine qui peut être prononcée »

 

Notez que cette UMJ pourrait voir le jour d’ici la fin de l’année 2023.

 

A. Vallauri