Hautes-Alpes : 250 ans de prison prononcés l'an dernier

Hautes-Alpes : 250 ans de prison prononcés l'an dernier

SÉCURITÉ / Les voyants sont au rouge : les chiffres de la délinquance s'aggravent, notamment les violences intrafamiliales

 

- Hautes-Alpes - 

 

La délinquance s’aggrave dans les Hautes-Alpes, et certains chiffres inquiètent les autorités. Notamment les violences intrafamiliales, elles sont en hausse de 37 %. 567 faits en 2021 contre 413 un an auparavant. Et 8 cas sur 10 sont des violences conjugales. La préfète Martine Clavel, met en avant la nécessité d’améliorer les conditions d’accueil des victimes. Les effectifs dédiés au traitement de ces violences intrafamiliales vont être accrus, une chargée de mission sera par ailleurs recrutée par le parquet de Gap. Une maison de la Protection des Familles a ouvert ses portes à Embrun, elle est dédiée à l'accompagnement de ces victimes. 

 

Un quantum de prison ferme de 10,7 mois et 250 ans de prison ferme prononcés

L’activité du parquet qui est forcément accrue, le procureur a reçu l’an dernier 9.387 procédures. 31 % ont donné lieu à des poursuites. 2.550 personnes ont été mises en cause dans une affaire et 574 ont été placées en garde à vue.

 

« 2021 a été marquée par une intensification de la répression de la délinquance. Le nombre de procédures reçues a connu une légère diminution et celui des affaires poursuivables une faible augmentation par rapport à l’année précédente, là où les actes de répression se sont accrus de manière significative. Le nombre de garde à vue a ainsi connu une hausse de 38 % alors que le nombre d’affaires poursuivables a augmenté de 7 %. Cela illustre donc bel et bien l’amplification de l’action judiciaire dans la lutte contre la délinquance», Florent Crouhy, procureur

 

Si le procureur, Florent Crouhy, met en avant bien évidemment l’intensification de la répression de la délinquance, cela se traduit dans les chiffres : 102 comparutions immédiates en 2021, c’est 89 % de plus que l’année précédente. Le quantum moyen de prison ferme était de 10,7 mois contre 9,5 mois un an auparavant. Dernier chiffre qui illustre la fermeté du parquet : si l’on ajoute toutes les peines de prison ferme prononcées en 2021, on obtient 250 ans d’emprisonnement contre 165 en 2020.

 

Une pression migratoire à la frontière

À la frontière également, on note une forte activité de la Police. 3.891 : c’est le nombre de refus d’entrée réalisés l’an dernier, c’est trois fois plus qu’en 2020. 387 mineurs non accompagnés ont été remis aux services du département, quatre fois plus. 70 passeurs ont été interpellés.

Les autorités qui se sont mises d’accord pour un plan départemental d’actions de sécurité routière pour protéger les usagers vulnérables et réduire les principaux facteurs accidentogènes. En particulier l’inattention, l’imprudence, le non-respect des priorités ou les dépassements dangereux. Autant de facteurs qui ont provoqué 250 accidents l’an dernier. Dans 6 cas sur 10, c’est une voiture qui est impliquée, 2 cas sur 10 une moto. 8 % des accidents ont touché un cycliste, 6 % un piéton. 16 personnes ont été tuées sur les routes. Notez enfin ces 1.821 excès de vitesse verbalisés, 282 conduites sous l’emprise d’alcool et 417 retraits de permis.

 

C. Cava Michard