Hautes-Alpes : Puy Saint-Vincent à l’avant-garde de l’éco-tourisme

Hautes-Alpes : Puy Saint-Vincent à l’avant-garde de l’éco-tourisme

ENVIRONNEMENT / TOURISME / Une démarche de collecte des déchets alimentaires pour les professionnels et les particuliers qui est une première en France sur une station d'hiver

 

- Hautes-Alpes -

 

Puy Saint-Vincent à l’avant-garde de l’éco-tourisme. La commune et le Syndicat Mixte de Traitement des Ordures Ménagères des cantons de Guillestre et de l’Argentière ont en effet inauguré jeudi dernier le bilan de la première phase de l’expérimentation de collecte des déchets alimentaires qui seront compostés à L’Argentière La Bessée. Une première en France pour une station de ski qui s’est mobilisée à travers ses acteurs locaux comme l’agence France Location, des restaurateurs, des propriétaires de logement ou le centre Igesa.

 

« Des bacs à roulette sont mis à la disposition des professionnels et sont régulièrement changés par l'entreprise qu'on sous-traite », Anne Chouvet

 

Outre une volonté réelle de la part des collectivités locales de s’engager dans l’accompagnement pour la gestion des biodéchets des professionnels ainsi que des particuliers, cette initiative est également une manière d’avoir un coup d’avance avant que cette démarche devienne la règle au 1er janvier 2024 avec la loi « Anti-gaspillage pour une économie circulaire ». Avec six tonnes de biodéchets récoltées en deux mois, cette expérimentation compte bien s’élargir à une plus grande échelle à Puy Saint-Vincent cet hiver alors qu’elle démarrera du côté de Vars. Des pistes d’amélioration sont même d’ores et déjà envisagés pour Anne Chouvet, présidente du SMITOMGA.

En parallèle de cette initiative, l’Office de Tourisme du Pays des Écrins suit ce pas vers la transition écologique en souhaitant bénéficier de la marque « Esprit Parc » développée par les Parcs nationaux. Cela serait également une première en France pour un office de tourisme qui répondra ainsi à un cahier des charges engagé dans une logique écotouristique.

 

C.Lourenço