Hautes-Alpes : le Parc des Écrins victime de son succès

Hautes-Alpes : le Parc des Écrins victime de son succès

ENVIRONNEMENT / Face à une fréquentation élevée l'été dernier, et des tendances à la hausse encore pour cette année, le Parc renforce son équipe pour une meilleure prévention et informations des usagers de la montagne. Des randonneurs parfois peu aguerris qui ne respectent pas la réglementation spécifique de cet environnement, et occasionne des dégâts sur la faune et la flore

 

- Hautes-Alpes - 

 

Le Parc National des Écrins victime de son succès. C’est un record de fréquentation qui a été atteint l’an dernier avec 30 % de fréquentation en plus. Après une chute jusqu’en 2015, désormais, les niveaux atteignent ceux de la fin des années 1990. Et les tendances s’avèrent similaires pour 2021. Des randonneurs qui viennent profiter de ces magnifiques paysages, mais pour la plupart peu aguerris à la montagne. Ce qui pose quelques problèmes de respect de la réglementation spécifique à un parc national, « il y a eu des conflits d’usage avec une cohabitation parfois difficile entre bergers, randonneurs et autres usagers de la montagne. Et face à la biodiversité, en cas de bivouac, faire du feu détruit directement la végétation qui met plusieurs années à se rétablir », explique Pierrick Navizet, en charge du pôle communication au sein du parc. Les gardes moniteurs qui ont un pouvoir de police ont donc distribué plus de sanctions l’an dernier.

 

Des maraudeurs pour plus de prévention

Pour une meilleure prévention, neuf personnels supplémentaires ont été recrutés. Ils assureront des maraudes sur le territoire du parc, « ils aborderont les chiens de protection et la réglementation ».

 

Le Parc s’est également rapproché des refuges via la Fédération Française des clubs alpins et de montagne, qui gère de nombreux sites.

 

C. Cava Michard