Hautes-Alpes : les Rapaces de Gap s’essayent au vert

Hautes-Alpes : les Rapaces de Gap s’essayent au vert

ENVIRONNEMENT / Avec le projet « Fondation Les Rapaces de Gap », le club haut-alpin compte planter un arbre pour chaque abonnement et cinq arbres pour chaque loge achetée durant un match de la saison prochaine

 

- Hautes-Alpes -

 

En profitant de la journée internationale de la Terre le 22 avril dernier, les Rapaces de Gap en ont profité pour présenter leur projet écologique et sociale pour la saison 2021-2022. Une initiative verte qui se veut sur la durée car elle compte s’étendre sur les cinq prochaines années.

 

Un abonnement acheté = un arbre planté

Véritable institution du sport professionnel sur les Hautes-Alpes, les Rapaces de Gap veulent essayer d’avoir un impact sur l’environnement en réduisant l’empreinte carbone liée à leurs activités comme l’utilisation énergivore de l’Alp’Arena ou les déplacements en bus. La première phase de ce projet vert s’appelle « I wood like ». Un jeu de mots : « wood » signifie « bois » en anglais et l’expression « I would like » voulant dire « je souhaiterais ». En définitive, elle consiste à planter un arbre pour chaque abonnement acheté grâce au soutien de nombreux partenaires dont la mairie de Gap. Pour Benjamin Blanc, directeur commercial et marketing des Rapaces, il s’agit d’une initiative qui prendra de l’ampleur durant la saison de Ligue Magnus.

 

« On va essayer de développer cette opération car ça ne s’arrête pas seulement aux abonnements mais aussi aux loges. Une loge achetée pour un match, c’est cinq arbres plantés », B. Blanc

 

Avec un objectif de 1.000 arbres plantés par saison durant cinq années, le projet « Fondation Les Rapaces de Gap » compte également intensifier le recyclage au sein de la patinoire et réduire au maximum le gaspillage de la buvette. Comme il a déjà été fait par le passé, les restes seront offerts aux Restos du Cœur. La preuve que la branche sociale est tout aussi importante dans cette campagne. « On va avoir des actions caritatives avec les antennes locales d’associations comme les Restos du Cœur ou la SPA. On aimerait perpétuer les opérations qu’on avait déjà réalisées avec le service pédiatrique. Finalement, on sera en partenariat avec le Don du sang, courant juin, si la crise du Covid nous permet de l’organiser », précise Benjamin Blanc.

Par le biais de cette initiative, les Rapaces de Gap espèrent que la notoriété au niveau local pourra démarrer une dynamique vertueuse auprès d’autres entreprises haut-alpines dans ce processus de transition écologique et sociale.

Le reportage de Christophe Lourenço :

C.Lourenço



En ce moment sur Alpes 1

La Musique revient vite...

Ecoutez 

  Ecoutez les Webradios