Hautes-Alpes : Jean-Marie Bernard et le rétropédalage aux départementales

Hautes-Alpes : Jean-Marie Bernard et le rétropédalage aux départementales

POLITIQUE / Alors que le président du Conseil Départemental des Hautes-Alpes annonçait en septembre dernier être candidat en 2021 pour les élections, désormais, il explique réfléchir

 

- Hautes-Alpes - 

 

Report, reporte pas ? Certains disent qu’il ne faut pas confiner la démocratie, d’autres estiment que l’évolution de la crise sanitaire jette un doute sur la tenue des élections. Les départementales tout comme les régionales auront-elles lieu en juin prochain ? La question agace l’Elysée qui maintient son calendrier, comme l’appelle également le président LR de la région PACA Renaud Muselier. Tout comme Jean-Marie Bernard, le président du Conseil Départemental des Hautes-Alpes, invité du 8:30, « il faut tenir ces élections, la démocratie doit s’exprimer. Ne pas le faire serait une fuite en avant, notamment face aux présidentielles qui auront lieu en 2022 ». Sera-t-il candidat ? S’il affirmait en septembre dernier sur Alpes « être candidat en 2021 », c’est désormais un rétropédalage. « Septembre était une autre année, je réfléchis aujourd’hui ». Une réflexion qui doit se tenir avec sa majorité qu’il veut conduire s’il se présente, « je serai probablement le leader sortant ».

 

Extermination du loup, « j’ai peut être été excessif »

C’est peut être avec un caillou dans la chaussure que Jean-Marie Bernard partira en campagne, après avoir été condamné à 10.000 euros d’amende dont 5.000 avec sursis pour avoir offert une queue de loup en février 2020 à l’ancienne préfète des  Hautes-Alpes lors de son départ. Il maintient sa version « je ne savais pas que c’était un loup, cette histoire aurait dû être une fable, elle devient un procès. Je n’ai jamais braconné un loup ». En comparant son geste à celui de Corinne Masiero, cette actrice apparue nue sur la scène des Césars et qui ne sera pas poursuivie.

 

C. Cava Michard