Hautes-Alpes : chute mortelle d’une Gapençaise, la garde à vue de son amie levée

Hautes-Alpes : chute mortelle d’une Gapençaise, la garde à vue de son amie levée

JUSTICE / Selon le procureur Florent Crouhy, « aucun élément ne permet de considérer que la mise en cause a eu un rôle déterminant dans la chute » de la victime

 

- Hautes-Alpes - 

 

Chute mortelle d’une Gapençaise : la garde à vue de son amie a été levée ce mercredi matin. Information du Parquet des Hautes-Alpes. Lundi soir, une femme de 46 ans a fait une chute mortelle de son appartement, situé au 4ème étage du HLM Beauregard à Gap. Une enquête pour homicide volontaire avait alors été ouverte, et confiée à la Brigade de Sûreté Urbaine. L’amie de la victime, âgée elle aussi d’une quarantaine d’années, avait alors été placée en garde à vue. Garde à vue prolongée ce mardi soir.

 

« À ce stade, aucun élément ne permet de considérer que la mise en cause et amie de la victime a eu un rôle déterminant dans la chute de la victime », F. Crouhy, procureur

 

Florent Crouhy, le procureur, explique sur Alpes 1 que la mise en cause « réfute tout lien avec cette chute ». Une dispute sur fonds de différends sentimentaux aurait éclaté l’après-midi. La victime aurait ensuite tenté le soir même, à plusieurs reprises, de sauter par le balcon avant de se jeter par la fenêtre « sans que son amie ne puisse intervenir ». La garde à vue a finalement été levée ce mercredi matin, l’enquête se poursuit en préliminaire. « À ce stade, aucun élément ne permet de considérer que la mise en cause et amie de la victime a eu un rôle déterminant dans la chute de cette dernière », explique le parquet. Une autopsie doit avoir lieu aujourd’hui au sein de l’Institut Médico-Légal de Grenoble, elle devrait confirmer le premier examen du corps réalisé par le médecin légiste, qui avait relevé des « traces légères sur le corps compatibles avec une dispute au cours de l’après-midi précédant les faits, ce qui n’est pas contesté ».

 

C. Cava Michard