Hautes-Alpes : la parole aux Haut-Alpines en cette journée internationale des droits de la femme

Hautes-Alpes : la parole aux Haut-Alpines en cette journée internationale des droits de la femme

SOCIÉTÉ / Une réunion organisée symboliquement le 8 mars qui se veut être le point de départ d’un travail de fond de la part du sénateur haut-alpin dans un rapport sur les femmes et la ruralité

 

- Hautes-Alpes -

 

La parole aux Haut-Alpines en cette journée internationale des droits de la femme. C’est l’objectif des trois tables rondes organisées ce lundi par le sénateur Jean-Michel Arnaud dans le cadre de la délégation aux droits des femmes et à l’égalité des chances entre les hommes et les femmes instituée au Sénat. L’occasion de réunir une cinquantaine de femmes issues de tous horizons allant de l’élue à l’agricultrice en passant par la soignante pour discuter de la situation des femmes en zone rurale et notamment dans les Hautes-Alpes. 

 

« Il y a encore du travail mais des idées ont émergé sur lesquelles on va réfléchir », Jean-Michel Arnaud

 

Co-rapporteur de cette délégation, Jean-Michel Arnaud doit, avec ses cinq collègues sénateurs, produire avant la fin de l’année un rapport sur les femmes et la ruralité. Trois thématiques sont ainsi évoquées à l’occasion de ces cycles de tables rondes : les femmes dans le monde politique et du travail ainsi que la santé des femmes en zone rurale avec en point d’orgue les violences conjugales. Ce dernier sujet est très complexe, voire tabou dans certains territoires ruraux mais cette réunion a permis de partager des témoignages intimes et personnels. Des prises de parole qui confortent Jean-Michel Arnaud dans son idée que du chemin a été parcouru mais beaucoup de choses restent à baliser et notamment au niveau de la violence faites aux femmes.

 

L'éducation, le moyen pour combattre un fléau encore bien présent

Présente à cette table ronde ce lundi matin à Embrun, Brigitte Saez Nectoux est la présidente du Centre d’Information des Droits des Femmes et des Familles des Hautes-Alpes (CIDFF 05). Un engagement de tous les instants lorsqu’on sait que tous les trois jours, une femme meurt sous les coups d’un conjoint ou un partenaire. Une statistique dramatique qui doit s’inverser par le biais de l’éducation pour Brigitte Saez-Nectoux. « Dès l’école maternelle, il faut apprendre à ces enfants le respect, le respect entre les filles et les garçons tout simplement. Ces droits des femmes ne doivent pas être portés que par les femmes mais aussi par des hommes qui vont les accompagner et le fait que Jean-Michel Arnaud se soit engagé dans cette délégation, j’en suis absolument ravie », insiste-t-elle.

 

Une table ronde qui ne sera pas sans lendemain

Cette réunion organisée symboliquement en cette journée internationale des droits de la femme se veut donc être le point de départ d’un travail de fond de la part du sénateur haut-alpin. Une nouvelle rencontre à l’automne aura lieu pour présenter les préconisations de son rapport et un rendez-vous avec le Secrétaire d’État à la Ruralité Joël Giraud au mois de mai pour adapter l’« Agenda rural » sur les questions liées aux familles et à la protection des femmes.

Notez également ce lundi après-midi l’inauguration de huit panneaux sur le parvis du Conseil départemental des Hautes-Alpes symbolisant le travail qui a été fait mais qui reste à faire pour une société parfaitement mixte.

 

C.Lourenço