Hautes-Alpes : des fermetures de classe qui ne font pas du tout l’unanimité

Hautes-Alpes : des fermetures de classe qui ne font pas du tout l’unanimité

ÉDUCATION / Sept classes de sept écoles haut-alpines sont menacées par une fermeture de classe à la rentrée 2021

 

- Hautes-Alpes -

 

Des fermetures de classe qui ne font pas du tout l’unanimité. Le département des Hautes-Alpes est aujourd’hui menacé par la fermeture de sept classes à la rentrée de septembre 2021. Un projet de l’Inspection académique qui a réussi à réunir les maires de Gap, Guillestre, Saint-Véran, L’Argentière la Bessée, La Bâtie Neuve, Tallard et Veynes avec un message clair : ne touchez pas à nos écoles ! 

 

Une inquiétude qui s'étend jusqu'à la rentrée 2022 à Guillestre

Alors que le maire de Saint-Véran Mathieu Antoine enchaine les mobilisations depuis le 21 janvier pour contester le regroupement pédagogique avec Molines en Queyras qui ferme l’une de ses classes, la grogne se généralise auprès de tous les élus locaux concernés. À Guillestre, le maire, Christine Portevin, ne comprend pas qu’une classe de primaire puisse fermer à la rentrée alors qu’on passera de 113 à 117 enfants d’une année à l’autre. Une décision qui l’inquiète sachant que Guillestre connaitra par contre un départ de 17 enfants au collège en 2022.

 

« Un village sans école, c’est un village qui meurt », Rolande Lesbros, maire déléguée de Romette

 

Même surprise du côté de Romette qui se voit sous la menace de la fermeture d’une classe de maternelle. Alors que les sept classes sont bien remplies avec 23 élèves en moyenne, cette décision est considérée comme un coup de tonnerre pour les élus, les parents d’élèves et même les enfants qui brandissaient des pancartes contre la fermeture de leur classe. Une centaine de personnes s’est ainsi réunie vendredi dernier pour faire entendre leur mécontentement mais surtout proposer une solution. Pour combler le manque de 14 élèves à la rentrée prochaine, la relocalisation de certains enfants de La Rochette et l’arrivée plus que probable de familles d’ici septembre prochain permettraient de rentrer dans les clous chiffrés et ainsi sauver cette classe. C’est essentiel pour Rolande Lesbros, maire déléguée de Romette qui en profite pour rappeler le rôle vital des écoles dans les communes rurales.

 

Décision ce lundi lors du Conseil Départemental de l'Éducation Nationale

Ce lundi en début de soirée, ces sept maires ainsi que les élus locaux comme Jean-Marie Bernard, président du Département ou la députée Claire Bouchet qui les ont soutenus seront fixés. À partir de 17h30, le Conseil Départemental de l’Éducation Nationale actera ou pas ces fermetures de classe qui ont fait tant débat.

La question des fermetures des classes ravivent également de fortes contestations dans les Alpes de Haute-Provence et notamment à Digne les Bains. Alors que le CDEN a été reporté au 10 mars, les élus avec la maire Patricia Granet-Brunello en première ligne appellent à la mobilisation ce mercredi devant la préfecture à 8h30 pour contester les fermetures de classe aux écoles Les Férréols et Paul Martin.

Le reportage de Christophe Lourenço :

C.Lourenço