Hautes-Alpes : il campe devant l'école pour sauver une classe

Hautes-Alpes : il campe devant l'école pour sauver une classe

ÉDUCATION / SOCIÉTÉ/ Le maire de Saint Véran prend cette annonce comme « une punition de l’État qui nous enfonce la tête en diminuant les services, en rendant le territoire moins attractif »

 

- Hautes-Alpes -

 

La mobilisation ne faiblit pas à Saint-Véran depuis l’annonce de la fermeture d’une classe sur la commune. Elle fait partie d’un regroupement pédagogique intercommunal avec Molines en Queyras. Une classe maternelle se situe sur cette dernière et les deux classes élémentaires sont à Saint-Véran, soit 27 élèves. Mais ils ne seraient plus que 24 pour la rentrée prochaine, et c’est ce qui motive l’Inspection Académique à fermer une classe. Une décision incompréhensible pour le maire de Saint-Véran, Mathieu Antoine. Après un premier rassemblement le 21 janvier dernier, une nouvelle manifestation a eu lieu ce mardi après-midi. Le maire a même décidé de camper devant l’école.

 

« Il faut redistribuer les moyens différents, on n’est plus dans le seul calcul d’équilibre d’effectifs », M. Antoine

 

« Les propositions de suppressions de classes à Saint-Véran et ailleurs, c’est récurrent. On le prend nous, élus et citoyens, comme une punition de l’État qui nous enfonce la tête en diminuant les services, en rendant le territoire moins attractif comme les problèmes de train et de service » souligne l’élu.

A. Vallauri