Hautes-Alpes : « un certain protectionnisme » de la chasse pour la SAPN

Hautes-Alpes : « un certain protectionnisme » de la chasse pour la SAPN

ENVIRONNEMENT / La SAPN regrette que la pratique de la chasse soit autorisée sur les Hautes-Alpes sous certaines conditions. Elle pointe "l’injustice subie par les autres usagers de la nature"

 

- Hautes-Alpes -

 

Alors que la pratique de la chasse est autorisée sur les Hautes-Alpes sous certaines conditions, pour la SAPN cette dérogation « met en évidence un certain protectionnisme pour cette activité ». La Société Alpine de Protection de la Nature regrette « une précipitation que rien ne justifiait » ainsi qu’une reprise sur l’ensemble du territoire, « alors que les dégâts invoqués y sont très inégalement répartis ». Pour rappel, la préfète Martine Clavel, par arrêté préfectoral, a autorisé les actions de chasse en battue et à l’affut pour les sangliers, les cerfs et les chevreuils les mercredis et les samedis. Cette dérogation est mise en place pour les chasseurs membres annuels des associations de chasse ou des chasses privées. La SAPN pointe également « l’injustice subie par les autres usagers de la nature (…) qui vont voir passer les chasseurs munis de leur attestation dérogatoire et de leur permis de chasse alors que randonneurs, cyclistes et cavaliers sont cantonnés dans le rayon d’un kilomètre autour de chez eux. » L’association de protection de la nature s’inquiète aussi du respect de l’interdiction de chasse des autres espèces, « la tentation sera grande et les contrôles difficiles ».

 

A. Vallauri