Hautes-Alpes : mutilations de chevaux, la Gendarmerie en action

Hautes-Alpes : mutilations de chevaux, la Gendarmerie en action

SÉCURITÉ / Sur le territoire haut-alpin, des patrouilles ont lieu, des réservistes vont aussi sur les haras pour sensibiliser les propriétaires

 

- Hautes-Alpes -

 

La Gendarmerie des Hautes-Alpes fait de la prévention alors que des équidés sont mutilés ou tués partout en France depuis plusieurs mois. Plus de 150 enquêtes sont ouvertes. Sur le territoire haut-alpin, des patrouilles ont lieu, des réservistes vont aussi sur les haras pour sensibiliser les propriétaires de pensions ou de chevaux.

 

Prévenir, rassurer, créer du lien

Henri Mévolhon et Brice Ashe-Everest sont tous deux Majors de réserve. Ce jour-là dans le cadre de leur mission, ils vont à la rencontre des propriétaires de chevaux ou de pension. Le but : rassurer, mais aussi prévenir comme l’explique le Major Henri Mévolhon, « des services particuliers se mettent en place, comme nous aujourd’hui avec notamment des réservistes. Ils sont dédiés à ce travail là. On prend contact avec les centres. Il y a aussi des patrouilles au quotidien par les brigades, comme à La Saulce »

 

« Il faut toujours appeler la Gendarmerie, faire le 17 »

 

Outre le recueil des informations, les gendarmes apportent aussi conseils et recommandations. « Il faut rester bien à l’écart et ne pas intervenir. On ne sait jamais sur qui on va tomber » indique le Major Brice Ashe-Everest. L’inquiétude des propriétaires de chevaux est grande depuis plusieurs semaines.

 

« On n’a pas énormément de chevaux dehors mais on s’est mis quand même la nuit à se lever », Marlène

 

 

Les patrouilles de Gendarmerie sont donc un vrai plus, comme pour Marlène qui gère une pension : « j’apprécie la mobilisation. Au début je n’étais pas trop inquiète mais maintenant l’inquiétude monte. »

 

Les recommandations de la Gendarmerie

Il est recommandé de surveiller quotidiennement ces animaux aux prés, les rapprocher autant que possible des habitations ou les rentrer. Éviter également de laisser le licol sur l’animal. La Gendarmerie rappelle que vous pouvez vous équiper de caméras de surveillance. Tout comportement suspect doit être signalé à la Gendarmerie.

 

Le reportage d’Aurore Vallauri :

 

A. Vallauri