Hautes-Alpes : l'étoile ferroviaire de Veynes à nouveau menacée ?

Hautes-Alpes : l'étoile ferroviaire de Veynes à nouveau menacée ?

TRANSPORT / Alors qu'a lieu ce vendredi le conseil départemental de l'Isère, les élus valideront le fait de laisser la connexion avec les Hautes-Alpes "en l'état". Alors qu'il manque 50 millions d'euros de travaux pour la moderniser

 

- Hautes-Alpes -

 

Etoile ferroviaire de Veynes : on la pensait sauvée, serait-elle à nouveau menacée ? Si la menace ne semble plus venir de l’échelon régional, les départements quant à eux seraient-ils en train de songer à laisser sur le banc des financements l’étoile ferroviaire de Veynes ? C’est ce qui semble se dessiner, alors qu’a lieu ce vendredi l’assemblée plénière de l’Isère.

 

"Laisser la ligne en l'état", Conseil Départemental de l'Isère

Janvier dernier : l’ancien président de la région PACA, Christian Estrosi, assurait aux Hautes-Alpes le maintien de cette connexion avec l’Isère, et l’inscription de 15 millions d’euros pour sa modernisation au contrat de plan État-Région 2015-2020. Ne pas fermer les lignes, une position que partageait également Laurent Wauquiez, président de la région Auvergne-Rhône-Alpes qui a annoncé lors de sa venue à Pierrevert, en janvier 2017, 10 millions d’euros de la part de sa région sur ce sujet. « Mais cela ne suffira pas », en effet Laurent Wauquiez précisait que « l’État mais aussi la ville de Grenoble doivent participer à cet investissement. »

 

À lire aussi

 

Mais ce vendredi, l’ordre du jour du Conseil départemental de l’Isère laisse place à l’inquiétude : on décidera si, oui ou non, l’étoile ferroviaire de Veynes fera partie des priorités de demain. Et la stratégie de développement du ferroviaire en Isère, si elle met l’accent sur la première ligne de TER de France à savoir Lyon-Grenoble, voudrait laisser la ligne de Gap « en l’état ». Cela ne veut pas dire « dégrader le réseau ferroviaire ou l’abandonner » comme le précise l’Isère, mais plutôt mettre l’accent sur la route, avec des investissements sur la modernisation des départementales 1091, 1075 et 1085.

 

"Cohérence et responsabilité", Jean-Marie Bernard

Un souhait partagé par les Hautes-Alpes, qui priorise le train de nuit Paris-Briançon et une vraie connexion avec Valence. « Nous mettons l’accent sur la route entre Grenoble et Gap et le Département des Hautes-Alpes appelle de ses voeux que l’axe ferroviaire entre Gap et Valence soit renforcé, afin de pérenniser le train de nuit Paris – Briançon et l’accès à la gare TGV de Valence. Ces choix font preuve d’une certaine cohérence et de responsabilité au regard des usages actuels et des besoins de la population pour se déplacer et au regard des finances départementales », explique le président Jean-Marie Bernard.

Robert Cuchet, du collectif pour la défense de l'étoile ferroviaire de Veynes :

 

Une ligne qui serait donc maintenue en l’état, selon les souhaits des Hautes-Alpes et de l’Isère, alors qu’elle nécessite 50 millions d’euros de travaux. "La ligne connait une fréquentation extrêmement faible ne justifiant pas de nouvelles dépenses estimées à 50 millions d’euros sans certitude sur la reprise du trafic passager", expliquent dans un communiqué de presse commun Hautes-Alpes et Isère.

Difficile d’oublier qu’en septembre dernier, la région Auvergne Rhône-Alpes entreprenait de ne plus financer les travaux sur la ligne entre Vif et Lus la Croix-Haute et prévoyait une fermeture du transport voyageurs entre Grenoble et Gap d’ici 2018.

 



En ce moment sur Alpes 1

La Musique revient vite...

Ecoutez 

  Ecoutez les Webradios