Haute-Provence : l'alimentation, un nouvel enjeu du Géoparc de Haute-Provence

Haute-Provence : l'alimentation, un nouvel enjeu du Géoparc de Haute-Provence

ENVIRONNEMENT / Inédit en France, le label GEOfood vise à renforcer le lien entre le patrimoine géologique et les traditions alimentaires locales.

 

- Alpes de Haute-Provence -

 

L’alimentation, un nouvel enjeu du Géoparc de Haute-Provence. Né en 2000 d’une volonté de protection et de préservation du patrimoine géologique du territoire, il s’étend sur plus de 2.000 km et 67 localités réparties au sein de la Communauté de Communes du Sisteronais-Buëch et Provence Alpes Agglomération. Cette dernière est le maitre d’ouvrage unique pour porter les projets et c’est notamment le cas depuis ce mercredi avec le lancement du label GEOfood.

 

« Les producteurs, les transformateurs et les restaurateurs peuvent prétendre au label mais ils doivent répondre à des critères exigeants », Bruno Acciai

 

Faisant partie d’une des fiches actions du Projet Alimentaire Territorial de PAA qui vise à favoriser une alimentation locale, durable et de qualité, le déploiement de ce label doit ainsi permettre de décliner la même ambition à l’échelle du Géoparc UNESCO de Haute-Provence. Le tout en renforçant la relation entre le patrimoine géologique et les traditions alimentaires locales. Il s’agit donc d’une première en France pour ce label jugé d’excellence pour Bruno Acciai, vice-président de Provence Alpes Agglomération, délégué à l’agroalimentaire et à la ruralité.

 

La marque internationale GEOfood a été déposée par un Géoparc Norvégien et s’est depuis déployée dans 23 pays du monde. Sur le territoire bas-alpin, les quatre premiers labellisés ont été présentés ce mercredi à Digne les Bains à l’occasion de son officialisation sur le territoire. De véritables rôles d’ambassadeurs pour Karkam Safran de Provence à Barras, L’Étoile du Berger à Draix, Les Ruches de la Bastide Blanche et Le Vieux Moulin à Estoublon.

 

M.Bonnefoy/C.Lourenço