Alpes de Haute-Provence : routes et addictions ne font pas bon ménage

Alpes de Haute-Provence : routes et addictions ne font pas bon ménage

SÉCURITÉ / Au programme de cette journée de sensibilisation : voiture tonneau ou parcours avec des lunettes simulant les effets de l’alcool et des stupéfiants

 

- Alpes de Haute-Provence -

 

C'est bien connu, routes et addictions ne font pas bon ménage.  Dans le cadre du plan national de mobilisation contre les addictions 2018-2022, une journée d’information sur les risques routiers liés aux addictions a été organisée ce jeudi sur le parking du centre hospitalier de Digne les Bains. Une sensibilisation, à travers plusieurs ateliers ludiques organisés par de nombreux partenaires à l’instar de l’hôpital, la préfecture, la gendarmerie ou les sapeurs-pompiers.

 

« Les routes représentent 7 % de notre activité sur le département et l’année 2021 a été en nette augmentation », colonel Christophe Paichoux, directeur du SDIS 04

 

Dans un département où le risque routier est important en raison de la consommation d’alcool, de stupéfiants ou de médicaments mais aussi la dangerosité de certaines chaussées, cette journée est déterminante pour le colonel Christophe Paichoux, directeur du SDIS 04 aussi bien pour le grand public que les différents agents concernés.

 

Pour rappel, la violence routière tue près de 3.000 personnes en France et en blesse gravement près de 30.000 chaque année. Outre le danger des addictions, notez qu’en 2021, 26 % des accidents étaient liés au travail dans les Alpes de Haute-Provence : 1/3 lors des déplacements professionnels et 2/3 lors du trajet travail-domicile.

 

M.Bonnefoy