Alpes de Haute-Provence : une CCI en quête d'indépendance

Alpes de Haute-Provence : une CCI en quête d'indépendance
© Daniel Margot

ÉCONOMIE / Alors que s'ouvre un nouveau mandat à la tête de la Chambre de Commerce et d'Industrie des Alpes de Haute-Provence pour Daniel Margot, le président estime que "le plus dur est passé". La priorité reste aujourd'hui d'atteindre 75 % de dépendance financière avec la formation et l'investissement immobilier

 

- Alpes de Haute-Provence - 

 

« Le plus dur est passé » dans la crise économique liée à la pandémie de COVID : Daniel Margot se veut optimiste. Alors qu’un nouveau mandat s’ouvre pour lui à la tête de la Chambre de Commerce et d’Industrie des Alpes de Haute-Provence, il juge positivement l’action du gouvernement dans la relance, « il a été réactif, agile et acteur. Les carnets de commande sont pleins ».

 

Oui, mais ?

Oui mais tout n’est pas rose dans ce tableau car les deux problématiques principales subsistent : le manque de main d’œuvre et l’inflation. « Il y a un changement des mentalités professionnelles, on veut aujourd’hui retrouver du sens dans une entreprise ». Pour Daniel Margot, c’est un débat sur la valeur travail qui doit être engagé, « on ne valorise pas suffisamment le travail, il faudrait que les charges sociales n’augmentent pas aussi vite ». Quant à l’inflation, cela risque de jouer sur la rentabilité.

 

Quels objectifs à venir pour la CCI ?

« Ne plus être dépendant, et parvenir à avoir 75 % de ressources propres ». Deux axes doivent être développés pour y parvenir : la formation et l’immobilier en achetant des bâtiments pour y implanter des starts ups.