Alpes de Haute-Provence : l'après crise, ou la nécessité du virage numérique

Alpes de Haute-Provence : l'après crise, ou la nécessité du virage numérique

ÉCONOMIE / Le président de la CCI des Alpes de Haute-Provence, Daniel Margot, a fait le pari de la formation pour que le secteur pourvoyeur d'emplois dans le numérique puisse être 100 % local

 

- Alpes de Haute-Provence - 

 

Un an après le début de la crise sanitaire, comment se sont comportées les entreprises bas-alpines ? "Le pari est gagné", pour Daniel Margot. Le président de la CCI des Alpes de Haute-Provence, invité du "8:30" ce mardi matin sur Alpes 1, estime que "la digue économique" mise en place par le gouvernement a fonctionné, "tout cela leur a permis de tenir et d'espérer des jours meilleurs après la vaccination". 


Et l'après perfusion ? 

Daniel Margot veut adopter un ton optimiste, "on prévoit une consommation importante et une croissance, les Français ont envie de vivre et revivre". Car le président de la CCI 04 compte bien sur les 130 milliards d'euros économisés par les Français pour relancer la machine économique, "je crois en une consommation importante qui permettrait aux entreprises de retrouver leurs chiffres d'affaires et leurs marges". 

 

"La crise sanitaire va amener vers une consommation plus locale, plus numérique, plus digitale", D. Margot


 

C'est un virage numérique que les commerces et industries des Alpes de Haute-Provence devront prendre dans les mois à venir, pour répondre aux nouveaux modes de consommation des Français. "La plateforme OmonDrive a du mal à décoller, car le commerçant n'est pas encore prêt à la digitalisation et au numérique", constate Daniel Margot. Il fait donc le pari de la formation, "je me bats au niveau de nos deux CFA pour engranger des nouveaux apprenants. Je fais le pari en ayant créé deux postes de business developper d'une croissance de 30 % d'apprenants sur 2021". 

 

C. Cava Michard