Alpes de Haute-Provence : P. Granet demande un réexamen de la notion de commerces de première nécessité

Alpes de Haute-Provence : P. Granet demande un réexamen de la notion de commerces de première nécessité

ÉCONOMIE / POLITIQUE / Librairies ou encore salons de coiffure « pourraient relever des services de première nécessité » souligne l’élu

 

- Alpes de Haute-Provence -

 

Patricia Granet demande un réexamen de la notion de commerces de première nécessité. « Je partage pleinement l’incompréhension que suscitent les mesures de fermeture qui visent certains commerces » indique, dans un communiqué, le maire de Digne les Bains. Librairies ou encore salons de coiffure « pourraient relever des services de première nécessité » ajoute l’élue qui rappelle que « le commerce de centre-ville est déjà fragilisé par le premier confinement ». Elle demande, aux côtés de l’Association des maires de France, que cette définition de commerces de première nécessité soit revue et élargie, « dès lors que les conditions de sécurité sanitaire permettent de préserver la santé des commerçants, de leurs salariés et de leurs clients ».

 

 

A. Vallauri