Alpes du Sud : « je ne brigue rien », François Hollande à Manosque

Alpes du Sud : « je ne brigue rien », François Hollande à Manosque

POLITIQUE / L’ancien président de la République, François Hollande, était en visite dans la cité de Giono, à la librairie Poivre d’Âne pour une séance de dédicaces de son livre, « Les Leçons du pouvoir ». L’occasion de répondre aux questions d’Alpes 1.

 

- Alpes du Sud -

 

Ancien président (PS) de la République, président de la fondation « La France s’engage », François Hollande était de passage à Manosque, ce samedi 6 octobre, à la rencontre des militants socialistes et des lecteurs de son livre, « Les leçons du pouvoir » (ed. Stock). L’ancien chef de l’État s’est prêté à l’exercice d’échanges et de selfies dans la librairie Poivre d’Âne. Rejoint en fin de séance, par sa compagne, l’actrice Julie Gayet -en tournage dans la région. Ndlr- et par sa chienne, offerte par le président de la Fédération des anciens combattants français de Montréal, Philae.

C’est une file ininterrompue de lecteurs et parfois de militants qui sont venus à la rencontre de François Hollande, dont la séance de dédicaces aurait pu largement se prolonger au-delà des trois heures proposées. Mais celui qui reste attaché à l’idée qu’ « un espace pour le socialisme s’ouvre chaque jour un peu plus dans le contexte actuel », avait également rendez-vous avec les militants de la fédération des Alpes de Haute-Provence à Volx.

Parmi les quelque 250 personnes présentes :  la secrétaire fédérale du PS des Hautes-Alpes, Marie-Jo Allemand, qui en a profité pour inviter l’ex-président à ce même exercice dans son département,  une invitation acceptée par François Hollande, et la 1ère vice-présidente du Conseil Départemental des Alpes de Haute-Provence, Nathalie Ponce-Gassier, qui en a profité pour excuser l’absence de René Massette en déplacement à Castellane.

Marie-Jo Allemand et Natalie Ponce-Gassier face à François Hollande.

 

« Quand revenez-vous ? »

C’est l’une des questions à laquelle s’est frotté le plus régulièrement l’ancien chef de l’État. « Ce n’est pas à moi de choisir » aura répondu à plusieurs reprises François Hollande. Mais tous n’étaient pas en manque de l’ancien président et si l’accueil s’est montré plutôt amical et prévenant, certains n’ont pas hésité à faire part de certaines déceptions envers la politique menée lors de son mandat. « C’est l’objet de mon livre : expliquer pourquoi tout n’a pas pu se faire exactement comme nous l’aurions voulu », s’affranchit de cette question l’ancien de chef de l’État. Face aux journalistes François Hollande est plus direct : « je ne brigue rien. »

 

« Il y a un besoin des citoyens d’être dirigé avec humanité » : la pique à Emmanuel Macron

Lors de son passage devant le micro d’Alpes 1, François Hollande ne s’est pas privé d’envoyer une pique à l’actuel chef de l’État, Emmanuel Macron. Accusé de ne pas être assez à l’écoute des Français ou de mal entendre les citoyens, comme lors de son dernier déplacement Colombey-les-deux-Eglises, lors de l'hommage au Général de Gaulle, Emmanuel Macron avait répondu à des retraitées qui l'interpellaient : « le petit-fils du général (m'a dit que devant son grand-père) on pouvait parler très librement. La seule chose qu'on n'avait pas le droit de faire, c'était de se plaindre. Je trouve que c'était une bonne pratique (…) Le pays se tiendrait autrement si on était comme ça. » Un parler franc que l’opposition de la France Insoumise avait qualifié de « serial mépriseur ».

De son côté, François Hollande dénonce à demi-mot un manque d’humanité du président Macron. 

Revers et départs des élus socialistes dans les Alpes du Sud, défections des militants PS, quelle responsabilité de l’ancien président de la République ? Que dire aux militants ?

Ce n’est plus un secret, Christophe Castaner, ancien chef de file PS aux élections régionales, aujourd’hui secrétaire d’État et patron de La République En Marche, et François Hollande ne partagent plus rien en politique. Pour autant, l’ex-chef de l’État lui dessine-t-il une destinée de futur ministre de l’Intérieur ?

Un divorce politique encore mal digéré envers Christophe Castaner, en revanche pour le candidat aux élections municipales à Gap en 2020, Christophe Pierrel, fidèle des années Hollande, celui-ci considère que « la cohérence finit toujours par l’emporter. »

 

 

Retrouvez l’intégralité de l'entretien avec François Hollande dans le Supplément avec Alex Cam ici.

 

A.Cam



1 commentaire

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.
Les champs requis sont identifiés par une étoile *

En ce moment sur Alpes 1

La Musique revient vite...

Ecoutez 

  Ecoutez les Webradios