Hautes-Alpes : chantier RTE, une ligne disparaît du paysage et le préjudice visuel est indemnisé

Hautes-Alpes : chantier RTE, une ligne disparaît du paysage et le préjudice visuel est indemnisé

ENVIRONNEMENT / La décision a été prise ce vendredi, lors du comité stratégique qui se réunit deux fois par an en préfecture des Hautes-Alpes. Une recommandation issue de la commission d’enquête publique, pour libérer le paysage autour du lac de Serre-Ponçon.

 

- Hautes-Alpes -

 

Le chantier RTE Haute-Durance doit rénover l’alimentation électrique du département des Hautes-Alpes, soit 200 kms de lignes haute tension, dont en 2021 la moitié sera désormais enterrée. Fin 2017, plus de 80% des nouveaux pylônes ont été construits. 42 ont pris une forme particulière, pour une meilleure intégration paysagère.

 

 

Les autres pylônes sont classiques, mais plus d’une centaine sur 350 pylônes seront peints avec un gris-marron choisi par le Parc National des Écrins, pour mieux se fondre dans le paysage. Sur les 100 kms de lignes souterraines à créer, la moitié est pour l’instant réalisée.  

 

Une nouvelle ligne sera supprimée

Il y a du nouveau en cette année 2018 pour le chantier de rénovation électrique Haute-Durance. Une nouvelle ligne aérienne haute-tension de 63.000 volts sera supprimée du paysage. La décision a été prise ce vendredi, lors du comité stratégique qui se réunit deux fois par an en préfecture des Hautes-Alpes. Une recommandation issue de la commission d’enquête publique, pour libérer le paysage autour du lac de Serre-Ponçon.

 

 

Une disparition entre la Baie Saint-Michel et Embrun, que RTE ne pourra techniquement pas remplacer en l’état par une liaison souterraine. Elle sera donc tout simplement supprimée, comme deux autres lignes aériennes anciennes sur ce secteur. La ville d’Embrun ne sera plus alimentée par le Sud, mais par le Nord, avec une liaison souterraine depuis le poste de Pra Long.

 

Les explications de Jean-Philippe Bonnet, le délégué méditerranée à RTE :

 

Plus de retombées que prévues

Autre engagement tenu par RTE : il concerne les retombées économiques pour les entreprises locales. L’objectif de 30 millions d’euros sur la période 2014-2021 est dépassé. 116 entreprises ont généré 32,4 millions d’euros. Un chiffre corroboré par Haute-Durance Initiative, le groupement piloté par la Chambre de commerce et d’industrie des Hautes-Alpes.

Dans le cadre de ce chantier, un fonds de 6,9 millions d’euros est aussi à la disposition des 22 communes occupées par des pylônes. 10 ont déjà bénéficié de 1,7 millions d’euros de subventions de RTE. Il s’agit de financer des actions courantes, de restauration du patrimoine, de rénovation de services… tout ce qui concerne la vie quotidienne tant que ces projets contribuent à un développement économique et environnemental durable. Un fonds qui est encore important, mais la Préfecture se donne un an pour faire le bilan de l’opération.

 

Des propriétaires indemnisés

Autre nouveauté importante dans le cadre de ce chantier d’ampleur. Au printemps prochain, les propriétaires pourront faire appel à une commission sur le préjudice visuel. Ne sont concernés que les propriétaires de logements créés avant l’enquête publique de 2013. Celle-ci avait été attaquée, mais le Conseil d’État a rejeté tous les recours en octobre 2017. Des recours pour dénoncer des atteintes à l’environnement et à l’économie touristique, notamment par la présence de pylônes dans le paysage.

 

Jean-Philippe Bonnet, le délégué méditerranée à RTE :

 

Tous les habitants concernés ont reçu un prospectus de quatre pages de RTE indiquant la création prochaine de cette commission.

 

« Nous sommes extrêmement vigilants pour que tous les engagements pris par RTE soient respectés », C. Bigot-Dekeyzer

 

L’État qui assure être vigilant notamment sur le respect de l’environnement. RTE avait notamment été épinglée en décembre 2016 après un rapport de manquement administratif et un bilan des contrôles de la MISEN, témoignait de non-conformités "récurrentes". Notamment dans le défrichement pour créer les pistes d'accès, sans respecter l'atlas cartographique des espèces protégées ou bien encore les arrêtés préfectoraux. Parmi les mesures qui ont été prises, il y a la restauration d’une parcelle agricole au Monêtier-les-Bains, la restauration de l’île forestière de l’Estang, des pelouses sèches à Mésophiles, la mise en place de cultures faunistiques, la compensation des défrichement.

 

Une opération est également menée sur les rapaces, pour savoir si des lignes aériennes posent problème. Les explications de la préfète des Hautes-Alpes, Cécile Bigot-Dekeyzer :

 

Une opération est aussi menée sur les pistes forestières. L’État impose un audit environnemental avant tout nouveau tracé. RTE est obligé au nettoyage du site et à sa remise en état après ses travaux.

 

La carte interactive du chantier :

 

En 2018 ?

Les deux prochaines années s’annoncent encore chargées en termes de travaux. Il y aura la poursuite des créations de lignes souterraines et principalement le démontage des 600 anciens pylônes. Le déroulage des premiers câbles devrait également débuté en 2018.

RTE et la Préfecture, avec les élus concernés et les services de l’État tiendront un nouveau comité stratégique sur le chantier RTE Haute-Durance dans le courant de l’été prochain.

 



0 commentaire

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.
Les champs requis sont identifiés par une étoile *

En ce moment sur Alpes 1

La Musique revient vite...

Ecoutez 

  Ecoutez les Webradios