Hautes-Alpes : l'UDAF regrette un retour précipité à 4 jours d'école

Hautes-Alpes : l'UDAF regrette un retour précipité à 4 jours d'école

ÉDUCATION / Alors que 82 communes sur 97 reviennent à une semaine de 4 jours à l’école, l’UDAF dénonce une décision économique, avant toutes préoccupations sur le bien-être des enfants.

 

- Hautes-Alpes -

 

82 communes sur 97, dans les Hautes-Alpes, reviennent à une semaine de 4 jours à l’école. L’UDAF, l’Union des associations familiales, regrette ce choix. Une décision qu'elle dit économique, avant toutes préoccupations sur le bien-être des enfants. L’UDAF aurait préféré une évaluation du dispositif mis en place en 2013, avant de bouleverser à nouveau les rythmes scolaires.

 

 

Gardes, garderies, études… il faut vite s’organiser

La rentrée scolaire, c’est pour bientôt : lundi 4 septembre. Une rentrée où les familles vont devoir changer de nouveau leurs habitudes, avec le retour à la semaine de 4 jours dans 82 des 97 communes des Hautes-Alpes. Une zone de turbulences dénoncée par l’UDAF 05. « Notre interrogation porte sur les revirements de politiques et d’organisations de la vie scolaire. Il y a à peine trois ans, on est passé à un rythme de 4,5 jours et là on revient à un rythme de 4 jours. C’est une approche assez désorganisante pour les familles, qui doivent réimaginer leur organisation », regrette le directeur Philippe Hébrard.

 

Des décisions précipitées

Dès l’annonce d’Emmanuel Macron de plus de souplesse dans la réforme des rythmes scolaires, et alors qu’il n’était que candidat à la présidentielle, de nombreuses communes ont vite décidé de revenir à 4 jours d’école par semaine. « On s’étonne d’un revirement aussi massif, même si on sait que pour les collectivités locales l’effort financier des temps périscolaires était important. Cela a entrainé une réflexion, mais qui n’a été qu’économique. » Des communes qui dénoncent la baisse des dotations de l’État et une compensation des temps périscolaires insuffisante. Et les enfants dans tout ça ?

 

Philippe Hébrard, directeur de l'Union départementale des associations familiales des Hautes-Alpes :

 

Repenser la chronobiologie de l’enfant

Pour l’UDAF des Hautes-Alpes, les élèves étaient bien loin du débat sur les rythmes scolaires. « Il aurait peut-être été nécessaire de prendre le temps de l’évaluation de cette réforme, avant de la changer de manière assez radicale », dénonce Philippe Hébrard. 4 ou 4,5 jours d’école par semaine, le problème n’est peut-être pas là pour l’Union départementale des associations familiales. « Peut-être que c’est une occasion ratée de repenser la chronobiologie et les rythmes des enfants. En tous cas, il est certain que nous sommes le seul pays d’Europe à regrouper autant les enseignements sur des jours aussi réduits », explique le directeur de la structure. « Je crois qu’on est à 160 jours par an, alors que la plupart des pays européens sont plutôt proches de 180 à 200 jours. Donc, peut-être qu’il faut repenser la durée des vacances scolaires. »

Seules 15 communes resteront à 4,5 jours, dont Briançon notamment. Auront-elles raison ou pas, l’UDAF espère que le rectorat évaluera ce dispositif qui n’a que trois ans d’existence.

 



1 commentaire

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.
Les champs requis sont identifiés par une étoile *

En ce moment sur Alpes 1

La Musique revient vite...

Ecoutez 

  Ecoutez les Webradios