Hautes-Alpes : l'ex-secrétaire départemental de Les Républicains quitte le parti pour Debout La France

Hautes-Alpes : l'ex-secrétaire départemental de Les Républicains quitte le parti pour Debout La France

POLITIQUE / Victor Berenguel, maire de Savines-le-Lac quitte un parti dont il partagé la vie pendant plus de 30 ans pour rejoindre Nicolas Dupont-Aignan et Debout la France.

 

-Hautes-Alpes-

Du RPR en passant par l'UMP et Les Républicains, le maire de Savines-le-Lac, ex conseiller général des Hautes-Alpes et ancien secrétaire départemental de Les Républicains, Victor Berenguel, rend sa carte et rejoint le parti de Nicolas Dupont-Aignan, Debout la France.

 

De 1983 à 2015 un parcours de Gaulliste social à droite

Nommé pour la première fois secrétaire départemental du RPR en 1983, celui qui se défini comme un gaulliste social, héritier de Philippe Seguin ou encore Michel Debré, n’aura pratiquement jamais quitté sa fonction dans le département, sur fond de mandats de conseiller général, jusqu’en 2015 ou il perd son mandat dans une campagne qui l’opposait au PS et au PRG. Aujourd’hui il est encore maire de la commune de Savines-le-Lac et président du SMADESEP (Syndicat Mixte d'Aménagement et de Développement de Serre-Ponçon).

Une vie de Gaulliste au sein de la droite de Les Républicains jusqu’à de profonds désaccords avec la politique mené par Nicolas Sarkozy lors de sa victoire au poste de président Les Républicains. Des désaccords qui l’auront contraint à laisser sa place en octobre 2015.

 

« Je ressent une profonde déception en ce qui concerne mon ancien parti. » V.Berenguel

 

Avec depuis de farouches remises en question sur le sort de son parti. Comme ce qu’il a considéré comme une victoire de la gauche, plus que de la droite lors des dernières élections départementales, suite aux accords qu’auraient passé le PS et Les Républicains afin de faire élire Jean-Marie Bernard à la présidence du département.

 

Et maintenant ?

Maintenant, son président se nomme Nicolas Dupont-Aignan. Un président qui dirige, selon lui, « le seul parti en France ou se concentre une majorité des Gaullistes. » Dans le viseur, selon lui, aucune volonté d’exister à travers un nouveau mandat, mais avec tout de même dans le coin de la tête une citation : « Quel que soit la hauteur de la montagne, il faut démarrer l’ascension par un premier pas »… comprenez : si la motivation est là, et peu en doute, il pourrait être à nouveau candidat un jour. À quoi ? L’avenir le dira, aucune échéance ne semble lui être interdite.

Du côté de son ancienne famille politique, Les Républicains, « aucune raison d’avoir de mauvais contact dans l’avenir, au contraire, cela pourra apporter une puissance supplémentaire le moment venu. »

 

« Il est un ami et il restera un ami »

Arnaud Murgia, Président de Les Républicains dans les Hautes-Alpes, en déplacement à Paris pour le Salon de l’Agriculture, prend aujourd’hui acte de cette décision, sans rancune, ni rancœur, conscient peut-être que l’avenir politique pourrait encore obliger à rentrer dans des jeux d’alliance à droite.

«  Je ne partage pas les choix du parti de Nicolas Dupont Aignan mais Victor Berenguel est un ami, il a servi notre famille politique depuis plus de 30 ans, et il restera donc un ami. »

 

Retrouvez les premières réactions de Victor Berenguel ici :



1 commentaire

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.
Les champs requis sont identifiés par une étoile *

En ce moment sur Alpes 1

La Musique revient vite...

Ecoutez 

  Ecoutez les Webradios