Alpes de Haute-Provence : budget de la sécurité sociale, D. Bagarry s'abstient

Alpes de Haute-Provence : budget de la sécurité sociale, D. Bagarry s'abstient

POLITIQUE / Une nouvelle prise de distance pour la députée LREM des Alpes de Haute-Provence, qui estime que son abstention est "de vigilance et de conviction"

 

- Alpes de Haute-Provence - 

 

En septembre dernier, elle estimait sur Alpes 1 ne pas avoir pris de distance avec son groupe parlementaire. Pourtant, Delphine Bagarry, députée LREM des Alpes de Haute-Provence, n’a pas voté le Projet de loi de financement de la sécurité sociale ce mardi. Elle fait partie des quatre parlementaires de la majorité à s’être abstenus, alors que 339 députés ont voté pour. Une abstention qu’elle qualifie de « vigilance et de conviction ».

 

Les mesures d’urgence des gilets jaunes pèseront entièrement sur le budget de la Sécurité Sociale

Premier point de friction : la Sécurité Sociale devra compenser l’exonération des cotisations sociales. Après les manifestations des « gilets jaunes », des mesures d’urgence économiques et sociales avaient été prises par Emmanuel Macron. Le gouvernement avait décidé d'annuler la hausse de la CSG pour près de 4 millions de foyers de retraités. Il avait également choisi d'avancer au 1er janvier 2019 l'exonération de cotisations sociales des heures supplémentaires.

Le coût est estimé à 3 milliards d’euros.  Il pèsera entièrement sur la Sécurité Sociale après le vote du PLFSS 2020, en dépit de la loi Veil de 1994, qui oblige l’État à compenser intégralement toute exonération nouvelle de cotisations sociales. Pour Delphine Bagarry, c’est faire plonger plus bas la Sécurité Sociale, « tout le monde a agi pour que la dette soit moindre, elle devait même être effacée en 2020. Même avec la compensation nous aurions eu 2 milliards de déficit, mais ce n’est pas 5 milliards ». La Parlementaire craint également une rupture avec les partenaires sociaux qui gèrent la protection sociale, « on décide de ne pas compenser de façon unilatérale ».

 

« On ne fait pas un geste aux hôpitaux en première lecture, mais on le fera en seconde lecture », D. Bagarry

 

Une parlementaire qui se dit aussi préoccupée quant à la situation des hôpitaux. Pas assez de fonds complémentaires dit-elle.

 

Delphine Bagarry est-elle toujours La République en Marche ? Ou cette nouvelle prise de distance avec son groupe signe-t-elle la fin d’une idylle politique ? Absolument pas pour la Parlementaire, « j’ai été élue dans la République en Marche, je fais entendre ma voix et en revanche, j’ai des convictions et j’ai été élue pour elles ». Le projet de loi de financement de la sécurité sociale 2020. Le texte sera au Sénat le 12 novembre avant une seconde lecture devant l’Assemblée Nationale.

 

C. Michard



1 commentaire

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.
Les champs requis sont identifiés par une étoile *

En ce moment sur Alpes 1

La Musique revient vite...

Ecoutez 

  Ecoutez les Webradios