Alpes de Haute-Provence : tester la chaîne de sécurité en cas d’incident à Arkema

Alpes de Haute-Provence : tester la chaîne de sécurité en cas d’incident à Arkema

SÉCURITÉ / Les services de l’État, quatre communes du secteur de Château-Arnoux-Saint-Auban et la direction de l’entreprise ont participé, hier, à un exercice de sécurité pour vérifier que les dispositifs fonctionnent.

 

- Alpes de Haute-Provence -

 

Un exercice de sécurité organisé, hier, à Château-Arnoux-Saint-Auban. Il n’y en avait pas eu depuis quatre ans. Pour se préparer en cas d’incident sur le site d’Arkema classé Seveso II, la direction de l’entreprise, quatre communes du secteur et les services de l’État ont simulé une perte de confinement. Autrement dit, une fuite de chlore. Concrètement, l’exploitant met en œuvre son Plan d’organisation Interne. Mais comme les dégâts sont trop importants, il contacte la préfecture qui enclenche à son tour le Plan particulier d’intervention. Le but, c’était de voir si la chaîne était bien huilée.

 

Alerter la population sur les mesures de confinement

Tout le monde a dû jouer le jeu avec sérieux. Comme les trois autres communes concernées par le périmètre du PPI, Château-Arnoux-Saint-Auban ont dû alerter sa population. Soit par un automate d’appel, soit par une sirène. Sans attendre, le maire, Patrick Martellini, active le Plan communal de sauvegarde pour protéger la population. Un exercice qui permet de se décrasser la mémoire :

 

 

Coordonner les secours

Dans le même temps, au centre de secours de Château-Arnoux, un poste de Commandement opérationnel est activé. Il réunit la direction d’Arkema, mais aussi celles des gendarmes et des pompiers qui assurent les secours et les relevés sur le terrain. Lieutenant-colonel Henri Couvé :

 

 

Transmettre les informations à la cellule de crise

Ces informations, elles sont transmises à la cellule de crise de la préfecture, le Centre opérationnel départemental. C’est la sous-préfète qui joue les relais. Myriam Garcia veille aussi à l’application des consignes de sécurité : 

 

 

Dans le scénario, deux personnes étaient en urgence relative et une en urgence absolue. L’ensemble des acteurs se réuniront pour pointer les aspects positifs et les disfonctionnements de cet exercice.

 

Q. Perez de Tudela



0 commentaire

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.
Les champs requis sont identifiés par une étoile *

En ce moment sur Alpes 1

La Musique revient vite...

Ecoutez 

  Ecoutez les Webradios