Alpes de Haute-Provence : 19 août 1944, Digne les Bains libérée pourtant...

Alpes de Haute-Provence : 19 août 1944, Digne les Bains libérée pourtant...
© Films Roger Comte

CULTURE / Pourtant... les Américains n'avaient pas prévu de libérer la ville. Récit de cette journée avec Guy Reymond, un historien local

 

- Alpes de Haute-Provence - 

 

Représentants de la Préfecture, du Conseil départemental et de la mairie. Ce dimanche, tous seront présents pour célébrer le 74ème anniversaire de la libération de Digne-les-Bains. La ville a été reprise aux mains des Allemands par l’armée américaine. C’était 19 août 1944. Une libération de Digne-les-Bains qui ne faisait pas du tout partie des plans des Américains, qui avaient débarqué en Provence quelques jours plus tôt, le 15 août. « Ils devaient simplement rejoindre la vallée de la Durance pour la remonter. Et après Gap, se rabattre sur leur gauche pour bifurquer vers la vallée du Rhône », explique Guy Reymond, historien local et ancien responsable des archives communales.

En fait, tout s’est décidé après l’arrivée des Américains dans les Alpes de Haute-Provence, les Basses-Alpes à l’époque. Le 18 août, le général Frédéric Butler décide d’installer son camp de base à Riez. Et c’est là qu’ils rencontrent des résistants qui le mettent en garde sur le dispositif militaire des Allemands, « vous avez votre flan droit qui va être en danger puisqu’à Digne, il y a des troupes qui peuvent vous attaquer », détaille encore Guy Reymond.

 

Les Américains décident finalement de marcher sur Digne

Le général Butler décide donc d’envoyer une task force de 3.000 hommes et 1.000 véhicules pour aller libérer Digne-les-Bains qui avait déjà été bombardée pour sécuriser la progression américaine.

 

Extrait © Films Roger Comte

 

« Les Américains avaient décidé de bombarder les ponts de la région, dont celui de Digne-les-Bains, ce qui avait entraîné la mort de 24 civils et deux Allemands », souligne l’historien.

 

Une journée qui restera donc dans la mémoire des Dignois, tout comme la bataille livrée pour libérer la ville et dont le point d’orgue a été la réédition du général Schuberth obtenu par deux Français. « C’est Léopold Comte avec Henri Rabanin qui sont montés au premier étage de l’Hôtel Ermitage pour obtenir que les Allemands rendent les armes », renchérit l’intéressé.

 

« Ça ressemblait un peu à la caravane du tour de France d’avant-guerre »

 

Au total, ce sont environ 600 Allemands qui se sont rendus. Et à la fin des combats, les 7.000 Dignois qui avaient fuient la ville sont revenus le soir même.

 

Extrait © Films Roger Comte

 

« Ils se sont précipités autour des Américains et ça ressemblait un peu à la caravane du tour de France d’avant-guerre : distribution de chewing-gum, de chocolat, de cigarettes, de boîtes de ration. Et en échange, tout le monde portait, qui des tomates, qui des courgettes. Beaucoup de légumes, car les Américains en avaient marre de leurs rations. C’est là que ma tante a écrit à ma mère : "ça sentait la liberté et l’espérance" ».

 

Une phrase qui ne pouvait que devenir le nom du livre sur la Libération de Digne écrit et publié par Guy Reymond en 1993.

 

Découvrez le film Comte de la libération de Digne les Bains en cliquant sur l'image : 

 
 
 

Q. Pérez de Tudela



0 commentaire

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.
Les champs requis sont identifiés par une étoile *

En ce moment sur Alpes 1

La Musique revient vite...

Ecoutez 

  Ecoutez les Webradios