Région : nouvelle grille tarifaire, la Région s’explique

Région : nouvelle grille tarifaire, la Région s’explique

TRANSPORT / Alors que la carte ZOU 50-75 % sera supprimée, la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur assure que ses nouveaux tarifs devraient attirer 4 millions de voyageurs en plus chaque année en élargissant les tarifs solidaires et en favorisant les abonnements

 

- Région - 

 

De nouveaux tarifs sur les rails pour attirer plus d’usagers : c’est le but de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur qui mettra au vote à la fin du mois de juin le changement de sa grille tarifaire. Exit la carte ZOU 50-75 % qui permet actuellement aux habitants de plus de 26 ans des réductions de 50 % sur leurs voyages et 75 % pour l’achat d’un carnet de dix tickets. Dès janvier prochain, la réduction sur un ticket ne sera plus que de 30 %.  Les abonnements par contre seront plus intéressants et les tarifs solidaires vont être élargis pour concerner 100.000 personnes demain contre 45.000 aujourd’hui. « Nous privilégions les tarifs solidaires et les abonnements pour ceux qui utilisent régulièrement le train, par exemple pour aller au travail », explique sur Alpes 1 Jean-Pierre Serrus. « Est-ce équitable qu’aujourd’hui, quelqu’un qui achète une carte commerciale a un avantage de 75 % sur 10 tickets, au même titre qu’un usager qui s’abonne et qui prend tous les jours le même trajet ? ». La région vise, avec ce nouveau dispositif, une augmentation de 4 millions de voyageurs annuels, « nous souhaitons qu’un maximum de nos concityens puissent avoir accès équitable à l’ensemble du réseau ».

 

Les associations dénoncent une recherche au profit, la région dément

Une nouvelle grille tarifaire qui suscite la colère d’associations, comme le collectif de l’Étoile ferroviaire de Veynes qui dénonce une recherche du profit. Quant à l’opposition du Rassemblement National, c’est une « usine à gaz chère et polluante. Les usagers vont être incités à prendre la voiture, c’est une perte de pouvoir d’achat », pour Muriel Fiol.

Des accusations démenties par la région, « les transports collectifs sont notre premier poste de dépense : 600 millions d’euros pour des recettes provenant de la tarification de 120 millions d’euros. Demain (avec la nouvelle grille tarifaire – ndlr-), elles seront identiques. Nos recettes sont constantes ».

La carte zou Etudes, pour les moins de 26 ans, elle restera inchangée.  

 

C. Cava Michard