Région : plusieurs partis de gauche demandent le retrait de Jean-Laurent Félizia

Région : plusieurs partis de gauche demandent le retrait de Jean-Laurent Félizia

POLITIQUE / C'est une triangulaire qui s'annonce pour le moment pour ces élections régionales. Crédité de 16,89 % des suffrages exprimés, le candidat du Rassemblement Écologique et Social a décidé ce dimanche soir de se maintenir au second tour

 

- Région PACA -

 

Il ne fera pas une redite du scénario de 2015. Au soir du premier tour, Christophe Castaner, à l'époque candidat de la gauche, est crédité de 16,59 % des voix. Mais face à la percée du Rassemblement National de Marion Maréchal Le Pen, la décision est prise de se retirer pour faire front républicain, et donc barrage au parti d'extrême-droite. Ce 20 juin, les résultats dans les urnes ne sont guère plus flamboyants pour Jean-Laurent Félizia, tête de liste pour le Rassemblement Écologique et Social. Il est crédité de 16,89 % des suffrages exprimés. Placé en position d'arbitre politique du duel entre Thierry Mariani (RN) et Renaud Muselier (LR-LREM), Jean-Laurent Félizia a finalement décidé de rester dans le jeu. C'est le maintien. "Dans ce second tour, nous aurons un adversaire, le sortant Renaud Muselier, et un ennemi, le Rassemblement National qiu reste une force d'exclusion, de division, d'intolérance qui ne doit pas l'emporter dans cette région"

 

EELV, le PS et le PC se désolidarisent

Lui qui avançait avoir réussi l'union de la gauche pour ces régionales peut désormais compter les défections. Et notamment celle de son propre parti. Jean-Laurent Félizia, figure de proue d'Europe Écologie les Verts, se voit lâché par sa famille. Au sortir du bureau exécutif, la décision a été prise de ne pas soutenir la liste du Rassemblement Écologique et Social en cas de maintien au second tour. 

 

Quant aux autres familles politiques composantes de cette liste, c'est le même discours. Le premier secrétaire du PS, Olivier Faure, appelait dans un tweet au retrait de la liste.

 

"Je n'ai pas à répondre à Olivier Faure, les états majors parisiens sont parfois déconnectés de la réalité du terrain. C'est une décision collective que nous assumons"réagissait Jean-Laurent Félizia. Une décision qu'il devra assumer également devant le Parti Communiste. Autre composante de la liste, dans les Hautes-Alpes, le PC refuse une fusion avec Renaud Muselier mais refuse de « laisser la Région aux mains du Rassemblement National ». Nul doute que les discussions vont se poursuivre encore ces prochaines heures, Jean-Laurent Félizia ira-t-il jusqu’au bout de sa décision ? Le candidat sera l’invité du 8 :30 ce matin sur Alpes 1.

 

C. Cava Michard

 



En ce moment sur Alpes 1

La Musique revient vite...

Ecoutez 

  Ecoutez les Webradios