Région : l'accord... des désaccords

Région : l'accord... des désaccords
© AFP

POLITIQUE / Alors que Jean Castex a annoncé le retrait de la liste de la majorité présidentielle en PACA au profit de Renaud Muselier, les LR retirent l'investiture du président de la région

 

- Région - 

 

Régionales : l’accord des désaccords. C’est un dimanche de remous qu’a connu Renaud Muselier, qui se retrouve abandonné par sa famille politique.

 

Renaud Muselier désavoué par Christian Jacob, mais pas par sa famille politique

Le président de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur a annoncé la semaine dernière être candidat et sans grande surprise, avec le soutien de sa famille politique Les Républicains. D’autant que c’est lui qui mène la fédération du parti dans les Bouches du Rhône. Mais l’annonce de Jean Castex dans Le Journal du Dimanche est venu rebattre les cartes politiques. Interrogé par nos confrères, le premier Ministre a annoncé en PACA le retrait de la liste de la majorité présidentielle, menée par Sophie Cluzel, au profit de Muselier, parlant là d’une « union qui irait bien au-delà d’accords d’appareils ». Une décision prise notamment face à la pression du Rassemblement National de Thierry Mariani, crédité d’un bon score selon les sondages. Une initiative saluée par le président de l’hémicycle marseillais qui s’en est « félicité ». Oui mais… ce retrait n’est pas du goût de tous, et notamment de Christian Jacob. Le numéro 1 national des Républicains dénonce des « petites manœuvres électorales » et enlève au candidat l’investiture de son parti. Pour lui, le premier tour doit être celui de la « clarté et de la fidélité aux convictions, engagements et alliés naturels ».

 

Incompréhensible pour Renaud Muselier qui dénonce une « agressivité » alors qu’il combat « le Rassemblement National. Je suis candidat sur la ligne de l’honneur, de la fidélité à mes combats, pour ma région. C’est elle qui passera toujours d’abord », objecte t-il sur les réseaux sociaux.

 

Une décision de la direction nationale de Les Républicains qui rencontre aussi l’incompréhension dans les rangs des élus locaux. Arnaud Murgia, conseiller départemental des Hautes-Alpes et maire de Briançon, voit déjà la victoire de Renaud Muselier « parce qu’il a été un excellent président, pas parce qu’il mettra un logo sur une affiche ». Jean-Michel Arnaud, le sénateur haut-alpin, apporte son soutien au président PACA en soulignant un bilan qu’il dit « solide » et en appelant à un coup d’arrêt « aux extrêmismes ».

Après un dimanche au coeur de l'actualité politique, Renaud Muselier a finalement réagi ce lundi après-midi en indiquant que sa liste qui n'est pas encore composée n'aura aucune personne avec des responsabilités nationales (ministres, députés et même députés européens).

C.Cava Michard



En ce moment sur Alpes 1

La Musique revient vite...

Ecoutez 

  Ecoutez les Webradios