Alpes du Sud : parité dans les petites communes, fausse bonne idée ?

Alpes du Sud : parité dans les petites communes, fausse bonne idée ?

POLITIQUE / Pour les présidents des maires ruraux des Alpes de Haute-Provence et des Hautes-Alpes, cette proposition de loi compliquera l’émergence de listes dans les communes rurales

 

- Alpes du Sud -

 

Un maire sur cinq est une femme en France, c’est une présidente d’intercommunalité sur dix  de ces responsables, selon un rapport du Haut Conseil à l’égalité entre les femmes et les hommes. Face à ce constat, une proposition de loi de la députée de l’Isère Elodie Jacquier-Laforge, a été adoptée par 105 voix pour et trois contre, en première lecture, jeudi dernier à l'Assemblée Nationale. Ce texte porté par le MoDem vise à instaurer une parité obligatoire dès les municipales de 2026. Cela concernerait donc 25.000 communes de moins de 1.000 habitants. Une fausse bonne idée pour Jean-Louis Chabaud, président de l’association des maires ruraux dans les Alpes de Haute-Provence. Il est également maire de Barrême depuis trois mandats.

 

« Sur le fond, c’est très bien mais résoudre cette équation, ça va être difficile dans les communes rurales », J.L Chabaud

 

Même son de cloche pour Marc Beynet, président des maires ruraux des Hautes-Alpes, « c’est une avancée mais la difficulté sera de trouver des candidates ». Notez que du fait du calendrier serré, cette adoption en première lecture ne devrait pas aller plus loin avant la fin de quinquennat.

 

A. Vallauri