Alpes du Sud : SOS Homophobie s'implante

Alpes du Sud : SOS Homophobie s'implante

SOCIÉTÉ / « J’ai déjà été rejeté, je m’interdis souvent d’être moi-même »

 

- Alpes du Sud - 

 

« J’ai déjà été rejeté, je m’interdis souvent d’être moi-même », l’homophobie touche tous les milieux et tous les territoires, y compris les Alpes du Sud. Comme en témoigne la création récente de SOS Homophobie dans les Alpes du Sud. Ils sont deux co-référents à militer dans cette association, Caroline Lacroix et Heddy Reynaud. La première n’est pas « gay mais ma sœur est lesbienne, c’est pour cela que je me suis engagée dans la cause ». Elle le martèle, pas besoin d’être homosexuel pour rejoindre l’association. Quant à Heddy Reynaud, lui est gay et a souvent été harcelé, « rejeté comme si j’étais un extraterrestre par mes tenues vestimentaires, je me force souvent à correspondre à une norme ». À 22 ans, il a déjà déposé plainte « contre cinq jeunes pour actes homophobes lorsque j’étais au lycée ».

 

Homophobe : adjectif et nom, se dit de celui ou celle qui manifeste de l'hostilité envers les homosexuels

Pour les co-référents, les actes homophobes relèvent encore d’un manque d’informations. Alors ils interviennent dans les entreprises avec des formations, dans les collèges et les lycées aussi pour sensibiliser, déconstruire les préjugés. « À chaque fin de séance, nous donnons aux élèves des petits papiers sur lesquels ils peuvent écrire leurs questions de façon anonyme », et les stéréotypes ont la peau dure constate Caroline Lacroix, « on lit ‘l’homosexualité, c’est sale’, ‘si mon enfant est homo, je le mets à la porte’ ». Pour aller plus loin, SOS Homophobie inaugurera en septembre une exposition, 17 panneaux autour de ces « petits papiers ».

Pour joindre ou rejoindre SOS Homophobie Alpes du Sud, la ligne d’écoute au 01.48.06.42.41, sos-homophobie.org ou encore nousrejoindre@sos-homophobie.org. Retrouvez ici l'entretien dans son intégralité. 

 

C. Cava Michard