Alpes du Sud : France Relance, quel bilan sur nos territoires ?

Alpes du Sud : France Relance, quel bilan sur nos territoires ?

ÉCONOMIE / Entre septembre et fin-février, près de 26 milliards d’euros ont déjà été engagés sur tout le pays avec trois axes prioritaires : l’écologie, la compétitivité et la cohésion

 

- Alpes du Sud -

 

Face à l’ampleur de la crise économique que traverse le pays, la pire depuis la Seconde Guerre mondiale, le Gouvernement et son Ministre de l’Économie, des Finances et donc de la Relance Bruno Le Maire ont décidé de mettre en œuvre France Relance directement dans les territoires pour permettre le rebond de nombreux secteurs de l’économie française. Entre septembre et fin-février, près de 26 milliards d’euros ont déjà été engagés avec trois axes prioritaires : l’écologie, la compétitivité et la cohésion.

 

Florim, une entreprise bas-alpine à la compétitivité relancée

À l’instar de tous les départements du pays, les Alpes du Sud bénéficient d’une aide non négligeable afin de relancer la machine économique qui s’est enrayée depuis près d’un an. Un plan de relance qui se déploie donc sous trois volets et celui de la compétitivité a un vrai impact sur le rebond de cinq entreprises bas-alpines. Dès 2020, elles ont bénéficié d’au moins 1,9 million d’euros pour réaliser plus de 5,6 millions d’euros d’investissement dans le cadre de l’appel à projets « Territoires d’industrie ». Avec une aide de 800.000 euros, la société Flodim basée à Manosque qui est spécialisée dans la mesure et les services en cavité souterraine, prévoit ainsi un développement inenvisageable jusque-là.  « À terme, ces efforts d’investissements doivent permettre à la société de monter son rayonnement en France et surtout à l’international. Et là, ces efforts auront un impact direct sur la structure au niveau du personnel de la société », déclare Jean-Paul Crabeil, gérant de Flodim.

 

« Cette aide financière nous permet de conserver des moyens pour investir dans d’autres projets communaux », Patrick Ricou, maire d’Orcières

 

Deuxième composante de France Relance, le volet cohésion vise à donner des perspectives à la jeunesse française avec le plan « 1 jeune, 1 solution », la préservation du patrimoine culturel et le soutien aux communes dans leurs projets d’investissements locaux. Pour ce dernier aspect, ce plan de relance est un concours de circonstances heureuses pour la commune d’Orcières qui voulait rénover son école. Un projet qui s’inscrit dans un grand plan de rénovation des infrastructures municipales avec une nouvelle mairie, un parking et une salle polyvalente. Au total, 712.000 euros s’incorporent dans ce chantier de 3 millions d’euros financé à 2/3 par l’État, la Région et le Département. Un véritable coup de pouce pour le maire Patrick Ricou qui envisage la fin des travaux au printemps pour une rentrée 2022 avec une école flambant neuve.

 

Accéleration de la rénovation thermique des bâtiments

Troisième et dernier volet, la volonté écologique de ce plan de relance se matérialise par la rénovation thermique de nombreux bâtiments de l’État dans les Alpes du Sud : 4,1 millions d’euros pour 25 projets bas alpins et 13,7 millions d’euros pour 19 chantiers haut-alpins. Finalement, les particuliers sont également aidés financièrement avec « MaPrimRenov’ » pour réduire l’empreinte carbone de leur logement. En 2020, 383 et 288 personnes en ont respectivement bénéficiés dans les Alpes de Haute-Provence et les Hautes-Alpes.

France Relance actionne également le levier de la fiscalité pour venir en soutien aux entreprises du territoire avec une baisse des impôts de production. Avec un gain de 28,7 millions d’euros, 1993 entreprises bas-alpines en bénéficient. Pour les Hautes alpes ce sont 1912 entreprises qui sont concernées pour un total de 16 millions d’euros de baisse.

Le reportage de Christophe Lourenço :

C.Lourenço