Alpes du Sud : « on ne doit pas crever la gueule ouverte »

Alpes du Sud : « on ne doit pas crever la gueule ouverte »
© Montclar

TOURISME / La décision de ne pas ouvrir les remontées mécaniques pour février prochain et de se préparer à une saison blanche suscite la colère chez les socioprofessionnels, notamment Alexandre Maulin, président de Domaines Skiables de France. Quant à Pierre Vollaire, vice-président de l’Association nationale des élus de montagne, il espère des indemnisations à hauteur de l’urgence

 

- Alpes du Sud - 

 

Pas de remontées mécaniques le 1er février prochain, une saison blanche qui s’annonce dans les stations de ski : les socioprofessionnels restent sans voix après l’annonce du gouvernement.   « La perspective d’une réouverture mi ou fin février parait hautement improbable », déclarait, à l’issue du conseil de défense, le secrétaire d’État au tourisme, Jean-Baptiste Lemoyne.

 

« Nous sommes la variable d’ajustement politique », A. Maulin

 

Il y a de la frustration, de la colère, « on a pris un grand coup de massue ». Alexandre Maulin, le président de Domaines Skiables de France voit la montagne française « sacrifiée, nous sommes un trophée dans la lutte sanitaire contre la Covid-19, une variable d’ajustement de la politique ». Il faut rapidement un « plan de secours, on ne doit pas crever la gueule ouverte ».

 

Des indemnisations qui devront être complétées

Le gouvernement a tenu à rassurer en annonçant un dispositif d’aides qui sera amplifié. Pour autant, pourra-t-il être mis en place ? C’est là l’inquiétude car l’exécutif a avancé une indemnisation à hauteur de 70 % des charges fixes. La Commission européenne doit donner son accord, car elle établit un plafond de 3 millions d’euros dans les aides. Pierre Vollaire, vice-président de l’association nationale des maires de stations.

 

Alexandre Maulin était l'invité du 8:30 ce jeudi matin sur Alpes 1, retrouvez ici son entretien dans son intégralité. 

 

C. Cava Michard