Alpes du Sud : gilets jaunes, les forces de l'odre n'auront pas délogé les manifestants à Manosque

Alpes du Sud : gilets jaunes, les forces de l'odre n'auront pas délogé les manifestants à Manosque

SOCIAL / Ce matin, à 9h30, des CRS sont intervenus au rond-point de Manosque pour déloger les gilets jaunes.

 

- Alpes du Sud - 

 

L'acte III de la mobilisation des gilets jaunes est attendu pour ce samedi. Depuis 14 jours, non stop, les mobilisés ne quittent pas les zones qu'ils ont décidé de filtrer. Mais si déjà en début de semaine, les gendarmes étaient intervenus pour obliger les gilets jaunes à ôter les entraves à la circulation, ce sont les CRS qui sont intervenus ce vendredi à Manosque. Une évacuation en plusieurs épisodes. 

 

9h : les CRS et les gendarmes sont sur place

Six fourgonnettes de CRS étaient sur place. Ils ont délogé les mobilisés.

 

 

© Alpes 1

 

« C’est pas un président, il ne le mérite pas »

 

Béga fait partie de la quarantainre de gilets jaunes mobilisés ce vendredi matin, il explique que les gendarmes et CRS leur ont demandé de partir, « on attend, on négocie mais on n’emploie pas la violence ».

 

Les services du département dégagent une partie des installations.

 

10h30 : quelques réfractaires décident de rester

Si la plupart des gilets jaunes avaient quitté le rond-point de Manosque à 10h30, certains réfractaires restaient toutefois sur place afin de ralentir la situation. 

© Alpes 1

 

11h30 : les lycéens mobilisés également

Les lycéens d'Esclangon et des Les Iscles ont rejoint le mouvement à Manosque, vers 10h.

© Alpes 1

 

D'autres, qui souhaitent les rallier, ont dans un premier temps été bloqués par les forces de l'ordre. Mais vers 11h30, ils ont pu rejoindre en masse le rond-point. 

 

 

 

© Alpes 1

 

12h : les forces de l'ordre rendent le rond-point aux gilets jaunes

Peu avant 12h, les CRS commençaient à quitter la zone, une partie des lycéens quittent les lieux également quand une partie reste sur place.

 

Les pompiers éteignent les différents feux sur le rond-point avant le retour de la circulation.

 

Pour Franck, l'un des portes-parole sur le rond-point de Manosque, cette tentative n'enlève rien à la motivation des gilets jaunes qui vont réinvestir les lieux, mais toujours avec le même mot d'ordre : « dans le calme et sans violence.»

À Embrun et Digne-les-Bains, les lycéens rejoignent le mouvement

Ils étaient aussi une quarantaine de lycéens à Embrun à être partis ce vendredi matin, en direction du rond-point des Orres, afin de mener une opération gilets jaunes. À Digne-les-Bains, depuis ce vendredi matin, à l'appel de l'Union Nationale des Lycéens, les élèves du lycée Pierre Gilles de Gennes,  ont décidé de faire grève, et de bloquer les portes de l'établissement.

 

LR