Alpes de Haute-Provence : l'argent gaspillé de la CCVU

Alpes de Haute-Provence : l'argent gaspillé de la CCVU

TOURISME / Après un audit privé, la CCVU a créé une Société publique locale pour réunir tous les Offices de Tourisme de la Vallée. Des statuts illégaux.

 

 

- Alpes de Haute-Provence -

Un coup manqué et de l’argent gaspillé dans la Vallée de l’Ubaye. Pourquoi ? A cause de la loi NOTre et de mauvais choix. Cette loi transfère la compétence « promotion du tourisme » des communes aux communautés de communes. Des intercommunalités qui doivent aujourd’hui récupérer l’ensemble des offices de tourisme. Pour ce faire, la CCVU a commandé un audit qui aurait coûté 19.800 euros. Sauf que les conseils étaient les mauvais et tout doit être refait. 

 

"Le cabinet d'études était normalement habitué à ce genre de questions"

La Communauté de communes était donc, comme les autres, sous le coup de la loi NOTRe. Il lui fallait réunir ses offices de tourisme, sauf celles concernant les stations classées. Le 10 septembre dernier, les élus votent à l’unanimité pour la création d’Ubaye Tourisme. Et sous les conseils d’un cabinet d’études privé, « normalement habitué à ce genre de questions », nous affirme le vice président en charge du tourisme, Francis Bercher, également maire de La Condamine Châtelard, ils choisissent la forme juridique d’une SPL, ou Société Publique Locale.

Les membres du conseil d’administration sont désignés, le cahier des charges de la SPL Ubaye Tourisme est défini. Une volonté claire, celle de simplifier la promotion de la Vallée de l’Ubaye, avec un Office de Tourisme de Catégorie 1. « Tout le monde salue la création de cet office de pôle », assure le président de la CCVU Jacques Martin.

 

Une forme juridique... retoquée

Sauf que voilà, la forme juridique est retoquée par la sous-préfecture de Barcelonnette le 10 janvier dernier. Pourquoi ? Parce que la forme juridique de la SPL impose aux communes d’être membres, alors que la loi leur retire la compétence « promotion touristique ». Conclusion… elles n’ont rien à faire dans cette société. « Le cabinet s’est clairement planté », a reconnu avec amertume Francis Bercher.

Il a présidé une nouvelle réunion de la commission tourisme de la CCVU ce mercredi soir, pour trouver une autre solution à la création d’un Office de Tourisme intercommunal. La sous-préfecture laisse quatre mois aux élus de l’Ubaye pour trouver cette autre solution. La loi NOTRe qui crée une nouvelle compétence « promotion du tourisme, dont la création d'offices de tourisme », qui devient une compétence à part entière des EPCI à compter du 1er janvier 2017.

 

 


Tags :
ccvu etude

En ce moment sur Alpes 1

La Musique revient vite...

Ecoutez 

  Ecoutez les Webradios