Hautes-Alpes : un concours lycéen sur les Hautes-Alpes de demain

Hautes-Alpes : un concours lycéen sur les Hautes-Alpes de demain

ÉDUCATION / Une initiative lancée vendredi dernier à Embrun par l'association « Des Hautes-Alpes aux Grandes Écoles » qui veut, comme l'indique son nom, pousser les bacheliers haut-alpins à se lancer dans de grandes études. Avec l'ambition de revenir travailler dans le département

 

- Hautes-Alpes -

 

Un concours lycéen sur les Hautes-Alpes de demain. Telle est la thématique qui est proposée à tous les élèves de seconde et de première qui pourront laisser libre cours à leur créativité. Texte, vidéo ou encore photo, tous les formats sont possibles par ce concours parrainé par le député Joël Giraud et lancé vendredi dernier au lycée Honoré Romane d’Embrun par l’association « Des Hautes-Alpes aux Grandes Écoles ». Les lycéens haut-alpins ont donc jusqu’au 31 mars pour envoyer leur contribution à l’adresse mail hautesalpes.dtge@gmail.com.

 

« On souhaite élargir les champs des possibles pour les lycéens haut-alpins », Katia Barthelemy

 

Un jury élira alors cinq lauréats qui auront l’opportunité de se rendre à Paris pour notamment découvrir l’Assemblée Nationale ou participer à une conférence autour des Jeux Olympiques de Paris 2024. Les autres participants seront, eux, parrainés par la vingtaine de membres de l’association, dont sa présidente Katia Barthelemy, qui en profiteront également pour mettre en avant leur travail. Un travail d’information auprès des futurs bacheliers sur les cursus d’études longues afin de favoriser l’égalité des chances ainsi que le développement du territoire.

 

Un future bourse étudiante ?

À plus long terme, l’association « Des Hautes-Alpes aux Grandes Écoles » souhaitera initier un projet de bourse pour lever le frein financier dans la poursuite des études. Présent au lancement du concours vendredi dernier à Embrun, le préfet Dominique Dufour a cependant tenu à rappeler que l’offre d’enseignement supérieur s’est nettement développée sur le département avec désormais six BTS, cinq cursus longs de type Licence ou Master et une classe préparatoire aux grandes écoles.

 

C.Cava-Michard/C.Lourenço