Hautes-Alpes : le chant grégorien retrouve sa voix

Hautes-Alpes : le chant grégorien retrouve sa voix

CULTURE / Le territoire haut-alpin se révèle être un véritable trésor grâce à sa position de carrefour entre le Piémont et le Dauphiné où de nombreux artistes ont déposé leurs créations au fil des années

 

- Hautes-Alpes -

 

Fondé il y a une dizaine d’années, le Chœur grégorien des Hautes-Alpes est une association laïque qui a regroupé une dizaine de chanteurs afin de restaurer tous les répertoires liturgiques et donc le chant grégorien. À sa tête, on retrouve Frédéric Rantières, diplômé de la classe de chant grégorien du Conservatoire National de Musique et de Danse de Paris. Un homme qui a dépoussiéré tout un pan de ce patrimoine haut-alpin car selon lui, « ce qui est ancien n’est pas mort et peut être porteur de vie ».

 

« L’endroit où j’ai fait les plus belles découvertes sont les placards de sacristie », Frédéric Rantières

 

Le territoire haut-alpin se révèle même être un véritable trésor grâce à sa position de carrefour entre le Piémont et le Dauphiné où de nombreux artistes ont déposé leurs créations. Des créations cependant abandonnées et délaissées depuis des générations qui ont requis tous les talents de dénicheur du directeur artistique du Chœur grégorien des Hautes-Alpes.

 

Avec une volonté de chanter à Gap dans un avenir proche pour mettre en lumière les nombreuses partitions sur l’évangélisateur de la capitale douce Saint Arnoux, le Chœur grégorien des Hautes-Alpes proposera trois concerts cet été. Une des dates se permet même une escapade bas-alpine, le 2 août, à 18h30, à l’église Saint-Jacques de Méolans-Revel où un gros travail de recherches a été effectué par Frédéric Rantières. Rendez-vous ensuite le 3 août, à 20h30, à l’abbaye de Boscodon et le 5 août, à 18h30, à l’église Saint-Laurent d’Arvieux.

 

C.Lourenço