Hautes-Alpes : l’eau source de tension à Gap ?

Hautes-Alpes : l’eau source de tension à Gap ?

ENVIRONNEMENT / La gestion de l’eau potable par le maire de Gap ne passe pas pour le groupe d’opposition Ambitions pour Gap

 

- Hautes-Alpes -

 

L’eau source de tension à Gap ? La gestion de l’eau potable par le maire de Gap ne passe pas pour le groupe d’opposition Ambitions pour Gap. Il s’inquiète d’un possible manque d’eau dans les semaines qui viennent face à la sécheresse qui touche le territoire. Il redoute le « scénario de 2017 ». À l’époque, des mesures d’économies d’eau avaient été prises par la municipalité. Les habitants avaient également été invités à surveiller leur consommation. Aujourd’hui pour Ambitions pour Gap, la coupe est pleine, il regrette « cinq années d’immobilisme ». Trois scénarii sont à l’étude : le premier où l’eau viendrait du Drac avec un recours à la nappe des Choulières en cas d’indisponibilité de l’eau du Drac. Le second où l’eau viendrait de la nappe des Choulières et serait acheminé jusqu’à Gap, « via des infrastructures indépendantes du canal de Gap ». Enfin le troisième scénario avec de l’eau qui arriverait là aussi exclusivement de la nappe des Choulières mais serait transporté sur Gap via des « canalisations dédiées installées dans le canal de Gap ». Pour l’opposition, le premier scénario est « non viable et peu durable ». Il pointe notamment du doigt « la vulnérabilité aux pollutions », le coût de potabilisation jugé « 30 fois plus élevé » et « non subventionnable » ou encore un scénario « très défavorable à l’usage agricole ».    

 

LR