Hautes-Alpes : pour que les pères ne soient plus mis de côté

Hautes-Alpes : pour que les pères ne soient plus mis de côté

SOCIAL / L'association "Et les pères !" dans les Hautes-Alpes œuvre pour changer les regards et attitudes des professionnels de santé et de la petite enfance. Papas ou co-parents, ils veulent reprendre leur place en première ligne, de la grossesse à l'éducation

 

- Hautes-Alpes - 

 

Ils veulent être vus, entendus, pris en compte : les pères demandent qu’on leur donne toute leur place dans les Hautes-Alpes. De la grossesse jusqu’à l’école en passant par l’accueil dans les centres sociaux ou même simplement lors des rendez-vous chez le médecin, ils veulent être totalement inclus dans la parentalité.

 

Père ou co-parent ne rime pas avec seconde place

Car la société a changé « depuis la révolution industrielle où les hommes partaient au travail et les mères ont pris beaucoup de place au niveau éducatif et dans le quotidien », explique Jérémy Bertrand, de l’association « Et les Pères ! » dans les Hautes-Alpes.

 

« Il y a comme un système où le père ou co-parent se trouve en seconde place et se sent moins légitime pour agir à son niveau », J. Bertrand

 

Pères, ou co-parents pour les familles homoparentales, ils revendiquent leur place comme partenaires à part entière auprès de l’enfant. D’où ces actions de sensibilisation menées auprès des professionnels, comme celle de ce mardi matin au centre social de Saint-Mens à Gap. Des travailleurs de la petite enfance, des centres sociaux ou des ludothèques seront accueillis « car il y a des prises de conscience mais c’est encore insuffisant. Dans ce qui peut être induit indirectement, les professionnels peuvent s’intéresser préférentiellement à la maman », poursuit Jérémy Bertrand.

 

« Et les pères ! » dans les Hautes-Alpes viennent d’obtenir un financement de la CAF pour des opérations de sensibilisation et de formation. Des contacts ont été pris dans les Alpes de Haute-Provence pour amorcer une antenne.

 

C. Cava Michard