Hautes-Alpes : faire le trait d'union entre les entreprises en besoin de main d'oeuvre et les chômeurs longue durée

Hautes-Alpes : faire le trait d'union entre les entreprises en besoin de main d'oeuvre et les chômeurs longue durée

ÉCONOMIE / La fédération du BTP dans les Hautes-Alpes a mis en place un GEIC, un collectif d'entreprises qui se propose de former aux métiers du BTP avant une embauche

 

- Hautes-Alpes - 

 

Le BTP toujours en manque de main d’œuvre, "selon notre enquête, plus de deux tiers de nos adhérents rencontrent un problème de main d'oeuvre" chiffre Nicolas Chabrand, président de la fédération haut-alpine. Le problème de recrutement devient récurrent depuis plusieurs mois dans les entreprises. Et en parallèle, certains demandeurs d’emplois s’enlisent dans le chômage, et s’éloignent progressivement du monde professionnel. Nicolas Chabrand, le patron de la fédération du BTP 05, a trouvé le moyen de régler les deux problèmes. Il a eu l’idée de lancer un GEIQ : un Groupement d’Employeurs pour l’Insertion et la Qualification. Tout est dit : ce sont des entreprises qui s’unissent pour combler les postes vacants, tout en formant des personnes éloignées du monde de l’emploi, "c'est s'unir pour faire des formations à destination de personnes non qualifiées et éloignées de l'emploi". Une formation en alternance jusqu'à deux ans est proposée, "à l'issue, ils obtiennent un CQP, un Certificat de qualification professionnelle et entrent définitivement dans l'emploi". C’est le premier GEIQ dans les Hautes-Alpes, d’autres devraient voir le jour. Notez qu’un objectif est fixé : former entre 20 et 30 personnes par an.  

 

C. Cava Michard