Hautes-Alpes : Jean-Pierre Theron, un médiateur au service des Gapençais

Hautes-Alpes : Jean-Pierre Theron, un médiateur au service des Gapençais

SOCIÉTÉ / À l'occasion de la remise de son rapport 2021 au maire Roger Didier, le médiateur communal a tenté de concilier 335 réclamations contre 341 en 2020 et 334 en 2019

 

- Hautes-Alpes -

 

Jean-Pierre Theron, un médiateur au service des Gapençais. Ancien colonel au 4ème Régiment de chasseurs de Gap et directeur des ressources humaines durant 11 ans, Jean-Pierre Theron s’est vu proposer ce poste de médiateur en avril 2001 par Pierre-Bernard Reymond, le prédécesseur du maire actuel Roger Didier. Une belle longévité pour ce bénévole qui poursuit sa mission de règlement des litiges avec un credo : « pour faire ce métier, il faut aimer les gens ».

 

« Avec la pandémie, les gens sont de plus en plus agressifs. C’est mon ressenti ! », Jean-Pierre Theron

 

Ce lundi, le médiateur de Gap a fait part de son rapport 2021 qui met en avant des chiffres relativement stables. En effet, on recense 335 réclamations contre 341 en 2020 et 334 en 2019. Idem pour le taux de réussite avec 233 médiations réussies en 2021 alors qu’on atteignait les 237 en 2020 et les 235 en 2019. Alors que la majorité des litiges concerne le domaine privé (264 réclamations) et le dilemme du voisinage (238 requêtes), Jean-Pierre Theron a dû faire face à de nouvelles difficultés cette année. Des difficultés qui n’ont cependant pas atténué son enthousiasme à être médiateur communal.

 

Avec 56 demi-journées de permanence en 2021, Jean-Pierre Theron est, on ne peut plus, fidèle au poste et continue donc de recevoir sur rendez-vous les vendredis après-midi en mairie. Une action indépendante même si la municipalité lui met à disposition un peu de secrétariat et le service des courriers. Notez que Jean-Pierre Theron est l’un des 45.000 médiateurs communaux de France et a même permis la formation de deux autres collègues : un qui est toujours en poste à Sisteron et un second qui a passé la main à Laragne-Montéglin.

 

C.Lourenço