Hautes-Alpes : le Comité de soutien à Valérie Pécresse s’organise

Hautes-Alpes : le Comité de soutien à Valérie Pécresse s’organise

POLITIQUE / Il met en avant les attaches familiales haut-alpines de la candidate à la Présidence, « un atout pour le territoire »

 

- Hautes-Alpes -

 

Ils veulent apporter leur soutien « à une fille des Alpes ». Élus et membres de la société civile se sont réunis ce vendredi pour lancer officiellement le Comité de Soutien à Valérie Pécresse pour les présidentielles. Parmi les personnalités présentes, on pouvait compter sur Roger Didier, le maire de Gap, président de l’agglomération Gap Tallard Durance et Jean-Marie Bernard, Président du Département. Ils co-présideront ce comité.

 

« Elle fait partie de ceux qui disent mais surtout qui font », R. Didier

 

C’est Valérie Pécresse elle-même qui aurait décroché son téléphone pour demander à l’édile gapençais de prendre ce poste à la fin de l’année dernière. Une belle preuve de confiance explique Roger Didier qui voit dans la candidature de la Présidente de la Région Ile de France « une chance » pour le pays, mais aussi pour le territoire alors qu’elle a des attaches familiales dans les Hautes-Alpes. « Elle fait partie de ceux qui disent mais surtout qui font » ajoute malicieusement l’édile gapençais, lançant une pique non dissimulée au Président Emmanuel Macron, « il avait dit que des villes comme Gap étaient trop enclavées et qu’il fallait agir. On n’a rien vu ». Alors Kevin Para, Président de la Fédération des Républicains sur les Hautes-Alpes l’assure, Valérie Pécresse, c’est un « atout pour le territoire ».

 

Quant à la question si le soutien de certains élus de droite, comme dernièrement le maire de Briançon Arnaud Murgia à Emmanuel Macron, est un coup dur, Kevin Para ne souhaite pas « rentrer dans un conflit ».

 

« Chaque choix est respectable. Certains quittent et d’autres élus nous rejoignent », K. Para

 

 

Notez que Valérie Pécresse pourrait venir sur le territoire haut-alpin lors de sa campagne. Le comité l’espère en tout cas et s’y prépare, « peut être aux alentours du 3 avril alors qu’elle sera en déplacement sur Nice » explique-t-on. En attendant, le Comité de soutien souhaite agir plus activement sur la communication en accentuant la campagne de terrain.

 

A. Vallauri